Le yaourt, à la santé de nos os

[12 juillet 2017 - 10h40] [mis à jour le 18 juillet 2017 à 15h58]

Des yaourts pour des os plus solides. Si l’adage est connu depuis longtemps, il semble qu’il ait été très peu vérifié sur le plan scientifique. C’est désormais chose faite. Des chercheurs irlandais ont mesuré l’impact de cette consommation laitière sur la densité minérale osseuse de personnes âgées. Résultat, les plus gros consommateurs ont vu leur risque de développer une ostéoporose significativement réduit.

Des chercheurs du Trinity College Dublin, en Irlande, en collaboration avec St James’s Hospital de Dublin ont cherché à savoir si la consommation quotidienne de yaourts présente un intérêt sur notre santé osseuse. Pour cela, ils se sont intéressés à une étude compilant les données de 5 000 Irlandais.

Ils ont ainsi mesuré la densité minérale osseuse au niveau de la hanche et du col du fémur de chacun des participants. Chez les femmes qui mangeaient le plus de yaourts (par rapport à celles qui n’en consommaient que très peu), cette densité était plus élevée (de 3,1 à 3,9%). Pour les hommes, le biomarqueur de rupture osseuse était inférieur de 9,5% chez les aficionados de ce produit lacté.

Un risque d’ostéoporose diminué

Voilà un premier résultat encourageant. Pour aller plus loin, ces mêmes scientifiques ont cherché à déterminer si ces participants présentaient un risque diminué d’ostéoporose. Ils ont ainsi analysé un large éventail de facteurs prédictifs tels que l’Indice de masse corporelle (IMC), la fonction rénale, l’activité physique, les quantités de produits laitiers consommés…

Après ajustement, ils ont découvert que chaque portion de yaourt réduit le risque – chez les femmes – d’ostéopénie de 31% et d’ostéoporose de 39%. Pour rappel, l’ostéopénie est une baisse de la densité de l’os. Un état précurseur de l’ostéoporose. Chez les hommes, le risque d’ostéoporose était réduit de 52% !

Pour les chercheurs, « ces résultats démontrent une association significative entre la santé osseuse et un produit relativement simple et bon marché ». Pour rappel, les coûts inhérents à l’ostéoporose en Europe sont estimés à quelque 650 millions d’euros par an.

Partager cet article