Trop de sport pour vos articulations ?

[23 janvier 2012 - 10h50] [mis à jour le 19 décembre 2013 à 14h49]

Les anciens sportifs de haut niveau, une fois à la retraite, présentent un risque d’arthrose deux fois plus élevé que les sportifs amateurs ou… les non-sportifs. Selon un travail suédois les footballeurs, handballeurs et hockeyeurs seraient les plus vulnérables. Et c’est paraît-il, logique…

Le Pr Magnus Tveit et ses collègues de l’Université de Lund, se sont intéressés à 709 anciens sportifs de 50 à 93 ans, qui tous avaient évolué à un niveau professionnel. Ils ont également constitué un groupe témoin composé de 1 368 hommes du même âge, qui avaient pratiqué soit un peu d’exercice physique, soit pas du tout.

Résultat, le risque d’arthrose du genou ou de la hanche s’est avéré supérieur de 85% parmi les sportifs de haut niveau. « Ces deniers sollicitent à l’excès leurs articulations, et cela de manière répétitive », indique l’auteur. Notons au passage que la plupart des professionnels recrutés pour cette étude avaient pratiqué des sports à risque : football, handball, hockey. Chez les amateurs en revanche, le Pr Magnus Tveit n’a observé aucun impact de l’activité physique sur le risque d’arthrose.

Il tient d’ailleurs à préciser que les bénéfices liés au sport sont supérieurs au risque d’arthrose. Tout dépend en réalité, de la discipline et de l’intensité de la pratique. Par exemple, des activités comme la natation, le cyclisme ou la marche à pied sont davantage recommandées.

En cas d’arthrose, une règle : bougez-vous !

Rappelons que l’arthrose est caractérisée par une usure progressive du cartilage. Or cette petite couche blanche qui recouvre nos articulations, est très précieuse. Elle joue à la fois un rôle d’amortisseur et de protecteur du tissu osseux. Sans cartilage, nos articulations seraient quasiment bloquées.

Vous souffrez de douleurs liées à l’arthrose ? Un petit conseil, ne restez pas allongé sur votre canapé. En effet, l’immobilité fera fondre les muscles qui protègent justement vos articulations, en les soutenant. Ces dernières deviendront alors plus douloureuses et vous vous trouverez engagé dans un cercle vicieux… Pratiquez plutôt une activité physique « en apesanteur ». Une de celles qui ne font pas peser de pression sur les articulations. C’est le cas de la natation, de la bicyclette, de la marche à pied ; à condition pour cette dernière, de préférer les parcours plats. Ils solliciteront moins les chevilles, les genoux et les hanches.

Aller Plus loin : Lire l’intégralité de l’étude parue dans The American Journal of Sports Medicine. En anglais seulement.

Partager cet article