A l’heure de la sortie des classes, pas toujours évident de motiver un enfant à faire ses devoirs. Il se peut aussi qu’après une journée de travail, vous n’ayez pas envie de l’aider. Voici donc quelques conseils pour l’accompagner au mieux.

Laissez-lui le temps de souffler. À son retour de l’école, ne lui demandez pas systématiquement comment s’est déroulée sa journée. Il vous en parlera de lui-même lors du dîner ou au détour d’une conversation. Une pause de 45 minutes (au minimum) est nécessaire avant de recommencer à la maison. Et n’oubliez pas que cette pause doit être un moment de plaisir (goûter, activité physique…).

Etablissez un rituel quotidien. C’est cette régularité qui favorise l’apprentissage et permet à l’enfant de fournir moins d’effort pour le même niveau de résultat. Un exemple : choisissez ensemble un espace de travail. Ou encore, fixez la même heure de début et de fin du temps de travail. Notez d’ailleurs que travailler après le dîner n’est pas conseillé. Il est important que l’enfant puisse s’accorder une période ludique après les devoirs ou après l’heure du repas.

Le succès passe par l’organisation. Une fois par semaine, établissez un planning où chaque matière apparaît dans une couleur différente. Retirez de sa table de travail tout objet inutile qui pourrait le distraire. Seuls doivent apparaître les documents de la leçon à apprendre.

Variez les plaisirs. « Varier les contenus et créer des ruptures durant une séance de travail stimule l’attention », explique sur son site le Centre national d’enseignement à distance (CNED). « Faire des pauses durant l’activité intellectuelle permet une régénération du corps et de l’esprit avec pour conséquence directe une amélioration de la capacité d’attention ».

Structurez l’apprentissage. Lisez les consignes avec votre enfant et incitez-le à exprimer ce qu’il a compris. Ne lui apportez pas tout de suite votre aide, faites-lui chercher les réponses dans son cours ou son livre de classe.

Adoptez une attitude positive. Ne contestez pas les décisions de l’enseignant avec des phrases du genre « Moi je n’aurais pas fait comme cela ». Si votre enfant éprouve quelques difficultés en classe, cela le conforterait dans sa position. Enfin n’anticipez pas le programme. N’oubliez pas que vous n’êtes pas son prof !

Partager cet article