A partir de 65 ans, faites le point sur la vaccination

[17 octobre 2016 - 16h57] [mis à jour le 17 octobre 2016 à 16h59]

Chaque année en France, 2 500 décès seraient évités chez les plus de 65 ans grâce à la vaccination contre la grippe saisonnière. Du fait d’un affaiblissement du système immunitaire, les seniors sont particulièrement vulnérables aux infections. De plus, ils présentent souvent d’autres facteurs de fragilité : 70% d’entre eux souffrent d’une maladie chronique (diabète, insuffisance cardiaque, BPCO…). L’immunisation contre la grippe en ce début d’automne est un moment opportun pour faire un point « vaccinations » avec son médecin.

« Plusieurs raisons expliquent la sensibilité accrue des seniors et des personnes âgées aux infections », explique le Pr Marc Paccalin, chef du pôle gériatrie du CHU de Poitiers. « La première est d’ordre immunitaire. Avec l’âge, notre organisme perd de ses capacités à nous défendre. La deuxième est anatomique puisque le bon fonctionnement de nos muqueuses s’altère également. La troisième est liée à un risque plus élevé de cumuler plusieurs pathologies (maladies cardiovasculaires et/ou neurodégénératives, diabète…) qui fragilisent beaucoup l’organisme. D’où l’importance de se protéger grâce à la vaccination. Je citerai particulièrement celles contre le pneumocoque, le tétanos, la coqueluche et le zona. »

Une nouveauté au calendrier vaccinal 2016 des séniors

La prévention du zona constitue une nouveauté du calendrier vaccinal 2016. Cette maladie est causée par la réactivation du virus de la varicelle. Environ une personne sur quatre présentera un zona dans sa vie. Et plus de la moitié des patients ont plus de 60 ans au moment du diagnostic. Le zona se caractérise par une atteinte à la fois cutanée et neurologique souvent accompagnée de douleurs intenses. Les principales complications du zona sont caractérisées par la survenue de douleurs neuropathiques, persistantes, dites douleurs post-zostériennes. Elles peuvent persister plusieurs mois voire plusieurs années chez 10% à 15% des patients et jusqu’à 30% parmi les plus de 70 ans.

Comme le souligne le Pr Paccalin, « dans le cas de la vaccination contre le zona, l’enjeu est de diminuer le risque de survenue de la maladie et celui lié à l’intensité des douleurs post-zostériennes. Elles sont en effet invalidantes en termes de qualité de vie et conduisent potentiellement à des prises importantes d’antalgiques ».

Grippe et zona

La vaccination en prévention de la grippe est recommandée chaque année (1 dose) chez les plus de 65 ans. Il en est de même pour l’immunisation contre le zona pour la tranche d’âge 65/74 ans révolus. Il est par ailleurs recommandé, malgré une efficacité moindre, de proposer une vaccination aux 75/79 ans et ce jusqu’à la publication du calendrier des vaccinations 2017. Le calendrier vaccinal mentionne par ailleurs une « co-administration possible avec le vaccin contre la grippe saisonnière ».

Au-delà de la grippe et du zona, d’autres vaccinations sont recommandées. Bien évidemment le dTP (diphtérie, tétanos, poliomyélite), pour lequel un rappel doit être effectué à 65 ans puis tous les 10 ans. En ce qui concerne la coqueluche, la vaccination est recommandée dans le cadre du « cocooning » par exemple aux grands-parents qui gardent fréquemment leurs petits enfants de moins de 6 mois. La vaccination contre le pneumocoque doit elle aussi être évoquée pour certains seniors : elle est recommandée lorsqu’il existe des facteurs de risque (comme par exemple l’immunodépression, les maladies chroniques…).

Partager cet article