Largement utilisés pour le traitement des symptômes liés au rhume, les vasoconstricteurs sont associés à un risque d’effets indésirables rares mais graves, en particulier cardiovasculaires et neurologiques. C’est pourquoi l’ANSM souhaite renforcer l’information du grand public.

Infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral ischémique… L’ANSM alerte sur des effets indésirables cardiovasculaires et neurologiques (rares mais graves) liés à la prise de certains vasoconstricteurs.

En fait, un mauvais usage est souvent constaté avec ces produits. « Il s’agit majoritairement d’une utilisation prolongée au-delà de 5 jours, ou d’une association entre vasoconstricteurs administrés par voie orale et par voie nasale, ou encore du non-respect des contre-indications figurant dans le résumé des caractéristiques du produit et la notice », explique l’ANSM.

Quels produits sont concernés ?

Il s’agit des médicaments utilisés contre les symptômes du rhume : Actifed rhume, Actifed rhume jour et nuit, Actifed lp rhinite allergique, Dolirhume paracétamol et pseudoephedrine, Dolirhumepro paracetamol, Humex rhume, Nurofen rhume, Rhinadvil rhume ibuprofene/pseudoephedrine, Rhinadvilcaps rhume ibuprofene/pseudoephedrine, Rhinureflex, Rhumagrip.

Mieux informer le patient

L’ANSM envisage donc « qu’une fiche d’aide à la dispensation des vasoconstricteurs par voie orale soit élaborée et diffusée courant janvier aux pharmaciens d’officine, afin notamment de rappeler les contre-indications de ces médicaments. »

Par ailleurs, « une fiche d’information présentant les recommandations de bon usage des vasoconstricteurs, leurs risques ainsi que les conseils en cas de rhume, serait remise aux patients par les pharmaciens lors de la délivrance. »

Partager cet article