Ados : comment maintenir le dialogue ?

[07 avril 2016 - 11h45]

A la question « c’était bien le collège ? », il vous répond d’un air las, « ouais, comme d’hab’ quoi ». Quand vous lui demandez si elle a aimé le film vu entre copines, elle vous rétorque « bah t’as qu’à y aller te faire ta propre opinion ». A force, comme tous les parents d’adolescents, vous en venez à redouter de lui adresser la parole. Quelques solutions pour faciliter la communication.   

Se refermer comme une huître, parler de manière inintelligible, répondre avec beaucoup d’agacement à la moindre question, c’est très fréquent à la puberté. C’est même souvent l’une des premières manifestations de cette période si délicate à vivre. « La pulsion sexuelle propre à son âge pousse l’adolescent vers le monde extérieur. Pour grandir, il a besoin de rejeter « l’intérieur », le cocon familial », explique le psychologue Jean-Luc Aubert. « Cette soif d’émancipation est exaltante mais aussi très anxiogène. D’où ce mutisme et/ou cette irritabilité très présents, surtout envers les parents. » Il ne faut donc y voir aucune attaque personnelle : l’explication est à la fois hormonale et psychique.

Bien sûr, le maintien d’une bonne communication avec un adolescent dépend en grande partie de la qualité du dialogue instauré avant d’entrer dans ces turbulences. Si vous échangiez facilement, il devrait en rester des traces. Malgré tout, à un moment ou à autre, il vous parlera probablement mal. Avant toute chose, ne le prenez pas comme une agression personnelle. Dans l’absolu, il n’a rien contre vous. Sa réaction est propre à son âge. Vous en persuader vous aidera à garder votre calme.

Fixer les limites

Ceci étant, vous n’avez pas non plus à tout accepter. Quand il dépasse les bornes, dites-lui fermement « je ne te parle pas comme ça, tu ne me parles pas comme ça ». Puis prenez vos distances, calmez-vous chacun de votre côté. Inutile de chercher à le raisonner dans l’immédiat, il n’entendra rien. Reparlez-en ensuite à tête reposée.

Vous pouvez essayer l’humour s’il y est sensible « dis, tu t’es entraîné longtemps pour réussir à être aussi désagréable ? ». Vous pouvez aussi renouer le contact en lui envoyant des textos. « Le portable est un médiateur neutre permettant parfois de s’exprimer plus facilement », constate Jean-Luc Aubert.

Enfin, évitez de parler systématiquement des sujets qui fâchent. Même si ses notes ou ses fréquentations vous inquiètent, abordez des thèmes qui lui plaisent, intéressez-vous à ses occupations, aussi futiles soient-elles, regardez avec lui son programme télé préféré même si les animateurs vous insupportent. L’essentiel est de garder le contact.

Partager cet article