Près de 9 patients sur 10 souffrant d’acouphène présentent également une baisse de leur audition. La solution pour venir à bout de ces deux troubles repose sur la prescription d’aides auditives de dernière génération. Objectifs : soulager le cerveau de sa perception des acouphènes, redonner l’accès complet aux sons à 360° et également, libérer les capacités cognitives du cerveau pour l’aider à mieux comprendre, tout simplement…

De 80% à 90% des personnes souffrant d’un acouphène présentent également un certain degré de perte auditive. Mais que signifie très concrètement ce terme ? Il s’agit en réalité d’une impression auditive correspondant à la perception d’un son. Il ressemble à un bourdonnement, un sifflement ou encore un tintement. Il peut être ressenti dans le crâne ou dans l’oreille, d’un seul côté ou des deux. C’est un signal fantôme !

Selon les spécialistes de l’audition, les acouphènes perturbent le fonctionnement cognitif, notamment la capacité de concentration. Au cours d’une conversation avec une ou deux personnes, ils vont limiter la capacité à se focaliser sur l’interlocuteur et à comprendre ce qu’il dit.

Libérer les capacités cognitives

C’est pourquoi de nombreux patients estiment qu’en milieu bruyant, ce sont davantage les acouphènes que la perte auditive qui rendent la communication difficile. D’où l’importance de traiter les deux éléments. Les solutions conventionnelles permettent dans 60% des cas d’améliorer la souffrance liée à l’acouphène.

La dernière génération d’aides auditives, Opn, mise au point par Oticon permet de prendre en charge de manière encore plus efficace ce trouble de l’audition, en offrant aux patients la possibilité de mettre en arrière-plan ce signal fantôme grâce à des sons agréables comme par exemple le bruit de l’océan. « Sur un plan psychologique, cela les apaise, les relaxe », explique Eric Bougerolles, responsable audiologie chez Oticon. « Puis au bout de quelques semaines, ils vont pouvoir commencer à oublier leur acouphène ».

L’autre avantage avec Opn, c’est une perception plus complète de l’environnement. Ainsi l’aide auditive peut « noyer » le son fantôme au milieu des bruits environnants qui sont mieux perçus. Le fait de mieux entendre ces derniers détourne plus facilement l’attention du patient de ses acouphènes.

Mais ce n’est pas tout. « L’aide auditive Opn, comme cela a déjà été démontré, permet de libérer de la charge cognitive », explique Eric Bougerolles, « dont une partie était monopolisée par le trouble auditif ». Ainsi pour le cerveau, le port d’Opn libère des ressources afin de se concentrer plus facilement sur des sons positifs.

Partager cet article