Les aliments industriels augmentent le risque de cancer

[15 février 2018 - 11h40] [mis à jour le 16 février 2018 à 10h23]

Barres chocolatées, biscuits apéritifs, sodas, plats préparés… Autant d’aliments « ultra-transformés » consommés chaque jour par des millions de personnes. Problème, leur consommation augmenterait le risque de développer un cancer. Cette conclusion alarmante est tirée par des chercheurs français dont le travail vient d’être publié dans le British Medical Journal (BMJ).

Durant les dernières décennies, « les habitudes alimentaires ont évolué vers une augmentation de la consommation d’aliments ultra-transformés qui contribuent aujourd’hui à plus de la moitié des apports énergétiques dans de nombreux pays occidentaux », explique une équipe française (Inserm, Inra et Université Paris 13). Or selon les scientifiques, ces aliments ultra-transformés augmenteraient les risques de développer un cancer.

Pour parvenir à cette conclusion, ils ont recruté 104 980 participants de la cohorte NutriNet-Santé (suivis entre 2009 et 2017). Leurs habitudes alimentaires ont été étudiées. Au cours du suivi, 2 228 cas de cancers ont été diagnostiqués. Résultat : « une augmentation de 10% de la proportion d’aliments ultra-transformés dans le régime alimentaire s’est révélée être associée à une augmentation de plus de 10% des risques de développer un cancer en général et un cancer du sein en particulier. »

Ce constat doit être pris comme un premier pas. En effet, le lien de cause à effet reste à démontrer ainsi que les éléments déclencheurs. La même équipe est déjà à pied d’œuvre et lance actuellement un nouveau programme sur les additifs alimentaires.

Les aliments « ultra-transformés », qu’est-ce-que c’est ?

La classification NOVA permet de catégoriser les aliments selon 4 groupes, en fonction de leur degré de transformation industrielle (aliments peu ou pas transformés, ingrédients culinaires, aliments transformés, aliments ultra-transformés). Ainsi, les pains et brioches industriels, les barres chocolatées, les biscuits apéritifs, les sodas et boissons sucrées aromatisées, les nuggets de volaille et de poisson, les soupes instantanées, les plats cuisinés congelés ou prêts à consommer, et tous produits transformés avec ajout de conservateurs autre que le sel sont des produits « ultra-transformés » .

Mais la distinction n’est pas toujours aisée. Ainsi, les compotes de fruits avec seulement du sucre ajouté sont considérées comme « transformées », tandis que les desserts aux fruits aromatisés avec du sucre ajouté, mais également des agents texturants et des colorants sont considérés comme des « ultra-transformés ».

Autre exemple, les viandes rouges ou blanches salées sont « transformées » alors que les viandes fumées et/ou avec des nitrites et des conservateurs ajoutés, comme les saucisses et le jambon, sont classées comme « ultra-transformées ».

Partager cet article