Allergies alimentaires : 10% des adultes concernés aux Etats-Unis

[07 janvier 2019 - 10h15] [mis à jour le 07 janvier 2019 à 10h16]

Fruits de mer, arachide, œufs, blé… Les allergies alimentaires comme toutes les allergies sont en constante augmentation depuis plus de 30 ans. Les derniers chiffres aux Etats-Unis établissent à 10% la proportion des adultes concernés. Autre constat, tout aussi alarmant, près du double pense en souffrir, sans preuve diagnostique.

Les allergies alimentaires obligent à l’éviction partielle ou totale de l’allergène incriminé. Faute de quoi l’individu met sa vie en péril. Toutefois, il est déconseillé de cesser de consommer un aliment sans diagnostic médical.

Si 10% des adultes aux Etats-Unis sont concernés par une allergie diagnostiquée, plus du double (environ 19%) pense être allergique sans en avoir obtenu une validation médicale. Résultat, ils cessent de consommer tel ou tel aliment, sans suivi. Or les mesures à mettre en œuvre en cas d’allergie alimentaire ne sont pas anodines et ne peuvent être instaurées sans explications et précautions préalables.

Une apparition à l’âge adulte

Si l’allergie est confirmée, « il est important de bien comprendre les mesures à appliquer, mais aussi de connaître les symptômes d’un choc anaphylactique », soulignent les auteurs. « Il est également essentiel de savoir se servir des seringues d’épinéphrine. » Sans compter que l’éviction d’un aliment sans suivi médical peut entraîner des carences.

Dernier constat, plus de la moitié des allergies se sont manifestées à l’âge adulte. « Nous avons été surpris par cette importante proportion », poursuivent les auteurs, sans pour autant avoir d’éléments pour l’expliquer.

A noter : les principaux allergènes alimentaires sont – dans l’ordre – les fruits de mer, le lait, les cacahuètes, les noisettes, le poisson, les œufs, le blé, le soja et le sésame.

Partager cet article