Lecteurs mp3, smartphones mais aussi concerts et boîtes de nuit… Autant de sources de stress pour les oreilles. En particulier, celles des plus jeunes qui écoutent la musique très fort et sortent souvent. A l’occasion de la journée internationale de l’audition, ce 3 mars, l’OMS rappelle une série de recommandations.

Près de 50% des adolescents et des jeunes adultes âgés de 12 à 35 ans sont exposés à des niveaux de son trop élevés par le biais de leurs dispositifs d’écoute personnels. Ils sont en outre 40% à mettre en danger leurs tympans dans des lieux de distraction. « Une exposition dangereuse au son est par exemple de 85 décibels (une rue à fort trafic par exemple – n.d.l.r.) pendant 8 heures ou de 100 décibels (un marteau piqueur à moins de 2 mètres – n.d.l.r.) pendant 15 minutes », indique l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

« Les jeunes devraient être avertis qu’une fois leur audition perdue, elle risque de ne pas revenir », avertit le Dr Etienne Krug de l’OMS. Ecouter du son trop fort peut entraîner une perte auditive partielle et temporaire, ou le développement d’acouphènes. Mais si l’écoute est forte, régulière ou prolongée, les dommages peuvent être permanents et irréversibles. Or « prendre de simples précautions peut permettre de se divertir sans mettre leur audition en danger », poursuit-il.

Pas trop fort et pas trop longtemps

L’Organisation recommande que le niveau de bruit autorisé dans les lieux de travail ne dépasse pas 85 décibels durant 8 heures maximum. Dans le cas des boites de nuits, bars ou événements sportifs, la durée d’exposition doit être moins longue. En effet, le niveau y est souvent bien plus élevé. Quant aux jeunes, « ils peuvent protéger leur audition en maintenant leurs dispositifs musicaux à un niveau convenable et en utilisant des casques atténuant le bruit », ajoute l’OMS.

A travers le monde, 360 millions de personnes souffrent de perte auditive sévère provoquée par diverses causes. Parmi celles-ci, le bruit, des dispositions génétiques, des maladies infectieuses, l’usage de drogues ou le vieillissement.

Partager cet article