Avoir un enfant… au cœur de la relation avec vos parents

[24 septembre 2018 - 16h31] [mis à jour le 24 septembre 2018 à 16h36]

Vous allez avoir un enfant dans quelques mois. Et au fil des semaines, le rôle de vos parents vous pose question. Des souvenirs de votre passé, de votre relation avec votre père et votre mère quand vous étiez petit(e) notamment, refont surface. Comment expliquer ce phénomène parfois déboussolant ?

En lien direct avec l’espérance de vie, le nombre de grands-parents actifs ne cesse de croître. Et « la plupart sont encore socialement actifs. Ainsi, une nouvelle image, plus positive, des grands-parents s’est progressivement développée, en même temps que ces derniers ont été amenés à jouer un rôle de plus en plus important dans la vie de leurs enfants et petits-enfants », peut-on lire dans une étude sociologique « Fonction des grands-parents dans l’accès à la parenté de leurs enfants », publiée par la Caisse nationale d’allocations familiales. Pour ces raisons, les nouveaux parents pensent beaucoup plus à la relation de leur enfant avec ses grands-parents.

« Le passage à la paternité ou à la maternité introduit le futur parent dans un travail de remaniement des liens par rapport à chacun de ses parents. Celui-ci s’effectue de manière progressive : il s’engage souvent au cours de la grossesse. »

Moultes préoccupations peuvent alors voir le jour même si vous n’avez jamais appréhendé cette situation. Mais pourquoi ? La phase « avant l’arrivée de l’enfant engage à la fois le lien passé et le lien actuel aux parents ». Une question se pose inévitablement : « Quels parents ont-ils été pour moi ? », reflet « des interrogations portant sur le père ou sur la mère que l’on sera pour son enfant », continuent les auteurs de l’étude. L’occasion de voir remonter différents souvenirs. « Des affects anciens éprouvés dans l’enfance vis-à-vis de ses propres parents, vécus alors comme des adultes tout-puissants, sont ravivés. »

Laisser la place d’enfant

Les « hommes et femmes pressentent que leur inscription dans une place de parent va modifier leur lien actuel à leur propre parent. Il s’agit d’un travail de permutation symbolique qui consiste à céder à son enfant sa propre place d’enfant ». Mais « devenir parent n’engage pas seulement à renoncer à sa place d’enfant, mais confronte également au vieillissement de ses propres parents ». Du fait de ces changements parfois perçus comme existentielles, il n’est pas toujours facile de trouver l’équilibre dès la grossesse au sein du fameux « donner-recevoir ».

Partager cet article