Ces dernières années, nombre d’études ont montré l’intérêt du café pour prévenir le risque de diabète de type 2. Jusqu’à présent, beaucoup pensaient que la caféine lui conférait cette vertu. Mais selon des chercheurs danois, un autre composé, appelé cafestol, joue un rôle de tout premier ordre.

Selon de précédents travaux, boire plus de 3 tasses de café par jour aiderait à lutter contre le diabète de type 2, une maladie qui touche plus de 3 millions de Français. Mais à quoi attribuer cette vertu ? A la caféine ? Il semble que d’autres composés du grain de café tiennent une place importante. En fait, des chercheurs de l’Université d’Aarhus au Danemark ont déjà constaté qu’un composé dans le café, appelé cafestol, augmente la sécrétion d’insuline dans les cellules pancréatiques lorsque celles-ci sont exposées au glucose. 

Vers des traitements pour l’Homme ?

Dans la présente étude, ces mêmes scientifiques ont cherché à savoir si le cafestol était en mesure de retarder l’apparition du diabète de type 2 chez la souris. Ainsi, deux groupes de rongeurs ont reçu différentes doses de ladite substance. Après 10 semaines, elles présentaient toutes des taux de glucose sanguin plus faibles et une capacité améliorée de sécrétion de l’insuline, et ce comparé à un groupe témoin.

Ainsi, selon les chercheurs, « la consommation quotidienne de cafestol permet de retarder l’apparition du diabète chez les souris et apparaît comme un bon candidat pour le développement de médicaments à usage humain. »

Partager cet article