C’est en tout cas la conclusion d’une méta-analyse présentée à Montpellier dans le cadre du 21ème Colloque scientifique International sur le Café. Boire du café réduirait jusqu’à 35% les risques de développer un diabète de type II.

Le Pr Jaako Tuomilehto de l’Université d’Helsinki en Finlande, a compilé 6 études publiées ces 20 dernières années sur le sujet. Elles regroupaient au total, plus de 53 000 personnes. Son objectif, évaluer la relation entre la consommation de café et la survenue d’un diabète de type II.

Résultat, les buveurs de café seraient moins exposés au diabète de type II. « Le risque est diminué de 35% chez les buveurs de 6 à 7 tasses par jour, par rapport à ceux qui consomment moins de 3 tasses« , conclut Tuomilehto. Six tasses par jour… c’est tout de même beaucoup.

Mais pas à ses yeux. Tuomilehto rappelle en effet que « le café est une source majeure de polyphénols, d’acide chlorogénique (un stimulant proche de la caféine, n.d.l.r.) et de caféine, des composants qui peuvent retarder l’apparition du diabète de type II« . Comment ? « La caféine stimule la sécrétion d’insuline et l’acide chlorogénique agit sur la sécrétion des incrétines, des hormones gastriques qui jouent un rôle important dans la régulation du glucose dans l’organisme« . Un rôle si important que certains y pressentent une voie d’avenir dans le traitement du diabète ! Quant aux polyphénols, leur effet antioxydant jouerait un « rôle majeur dans la prévention de nombreuses pathologies, comme le diabète de type II« . Allora, un caffè di più per favore !

Partager cet article