Mieux définir la façon dont va évoluer un cancer du côlon. C’est la promesse de chercheurs français. Grâce à un test baptisé « Immunoscore », il sera désormais possible d’identifier les patients à haut risque de récidive et ainsi adapter leur prise en charge.

Le rôle déterminant de la réaction immunitaire développée par le patient contre son cancer est pressentie depuis des décennies. Des chercheurs de l’Inserm et des médecins de l’AP-HP avaient ainsi déjà démontré que l’infiltration de la tumeur cancéreuse par des cellules immunitaires était une bonne indication de la manière dont le cancer colorectal pouvait évoluer.

Ces mêmes scientifiques ont aussi identifié les cellules immunitaires les plus informatives de la progression de la maladie. Ainsi ont-ils donné naissance à un test appelé « Immunoscore ». Ce dernier consiste à mesurer la densité de certains types de cellules immunitaires, à la fois dans et en périphérie de la tumeur.

Evaluer le risque de récidive

Pour tester leur découverte, 2 681 patients de 14 centres d’immunologie ont été recrutés. L’utilisation du test a permis de les séparer en 3 groupes. Ainsi parmi ceux présentant un Immunoscore élevé, seuls 8% ont présenté une récidive à 5 ans. Pour ceux qui avaient un Immunoscore intermédiaire, le taux est monté à 19%. Et à 32% pour ceux dont le test était faible.

« Ces résultats montrent que l’Immunoscore fournit une estimation performante et fiable du risque de récidive chez les patients atteints d’un cancer du côlon », insistent les auteurs. Ce qui pourrait permettre de renforcer le traitement pour ceux qui en ont besoin.

Les chercheurs évaluent actuellement le test Immunoscore dans d’autres types de cancers et étudient sa capacité à prédire la réponse aux immunothérapies.

Partager cet article

SYNDICAT DE LA PRESSE INDÉPENDANTE D'INFORMATION EN LIGNE
Service de Presse en Ligne reconnu par la Commission paritaire des Publications et Agences de Presse (CPPAP) sous le n°0318 W 90885 (article 1er de la loi n° 86-187 du 1er août 1986 portant réforme du régime juridique de la presse)