Cataracte, et la vie devient plus sombre…

[31 août 2007 - 10h25] [mis à jour le 19 décembre 2013 à 16h27]

Caractérisée par l’impression d’un voile devant les objets qu’on regarde, par des images – surtout lointaines – qui deviennent floues et par une vision assombrie, la cataracte sénile est inévitable. Elle touche, sous une forme plus ou moins évoluée, 90% des plus de 70 ans.

Situé en arrière de l’iris, le cristallin est la précieuse lentille qui permet aux images de se former au fond de l’oeil, sur la rétine. Sa croissance s’effectue par superposition de couches successives de cellules nouvelles. Un noyau central dur se forme dès l’âge de 30 ans et le durcissement généralisé des couches périphériques survient entre 65 et 70 ans.

Cette perte d’élasticité du cristallin limite peu à peu, la capacité d’accommodation. Et elle entraîne le développement de la presbytie. Dans le même temps, une coloration ambrée s’installe. Cette baisse majeure de l’acuité visuelle, qui touche surtout la vision de loin, peut être liée à des maladies : la cataracte diabétique est la plus fréquente, mais le principal facteur de risque de la cataracte est… le tabagisme, suivi par l’exposition au soleil sans port de verres filtrants. Le seul traitement est d’ordre chirurgical. Le plus souvent aujourd’hui, on enlève le cristallin défectueux et on met à sa place une lentille en matériau synthétique. Le tout, en hospitalisation de jour…

Partager cet article