Césarienne : risque de complications graves après 35 ans

[05 avril 2019 - 15h20] [mis à jour le 05 avril 2019 à 15h21]

Accoucher par césarienne augmente les risques de complications graves pour la mère. En particulier si celle-ci est âgée de plus de 35 ans.

Plusieurs études ont suggéré une association entre l’accouchement par césarienne et des complications maternelles graves, sans pour autant établir un lien de cause à effet. Les résultats d’un travail récent mené par l’Inserm* permettent de confirmer une augmentation du risque chez les femmes de plus de 35 ans.

Pour le déterminer, les chercheurs ont comparé 1 444 femmes qui ont connu des complications graves après l’accouchement – d’importantes hémorragies pour la majorité – avec 3 464 femmes témoins qui n’ont pas eu de telles complications.

Risque doublé et triplé

Résultat, « un risque accru de complications graves chez les femmes qui ont accouché par césarienne, que la chirurgie ait été pratiquée avant ou pendant le travail », notent les scientifiques. « Ces résultats sont particulièrement significatifs chez les femmes âgées de 35 ans et plus. »

Dans le détail, la probabilité que ces complications – toutefois rares – surviennent était presque doublée pour les femmes ayant accouché par césarienne par rapport aux femmes ayant accouché par voie basse. Pour celles âgées de plus de 35 ans, ce risque était presque triplé.

Les raisons ? « Cette potentialisation du sur-risque hémorragique par l’âge serait liée à la diminution avec l’âge maternel avancé, de la capacité de l’utérus à se contracter après la naissance pour stopper le saignement physiologique », supposent les chercheurs.

A noter : la France est un des pays européens pratiquant le moins la césarienne avec néanmoins une naissance pour cinq concernée.

*l’équipe EPOPE, au sein du Centre de recherche épidémiologie et statistique Sorbonne Paris Cité – CRESS (Inserm/INRA/Université Paris Descartes/Université Paris Diderot/Université Paris 13), ont étudié une sous-population d’une étude plus vaste (l’étude EPIMOMS).

Partager cet article