Chevaux : protégez-les, vermifugez-les

[04 octobre 2013 - 09h47] [mis à jour le 19 décembre 2013 à 14h58]

Les chevaux vivant au pré doivent être vermifugés plus souvent. ©Phovoir.

Au pré comme dans son box, votre monture est une cible de choix pour les parasites digestifs. En petites quantités, ils ont leur utilité, ils contribuent au maintien d’une bonne immunité. En excès, ils peuvent provoquer de redoutables coliques mais aussi des troubles respiratoires ou des problèmes de peau. Seule solution : suivre un programme de vermifugation adapté au mode de vie de votre cheval.

Les strongles. Les chevaux ingèrent les larves lors de séjours en pâture, avec un pic d’infestation en fin d’été-début d’automne. Ces parasites peuvent être responsables de coliques graves, de retards de croissance, d’amaigrissement.

Les ascaris. Très résistants dans le milieu extérieur, les ascaris affectent essentiellement les poulains. Au stade larvaire, ils peuvent migrer dans les poumons, provoquant toux et essoufflement. Adultes, on les retrouve dans l’intestin grêle où ils peuvent être à l’origine d’obstructions et de perforations.

Les gastérophiles. L’adulte est une mouche qui pond ses œufs sur le pelage du cheval. Celui-ci se contamine en se léchant, de la fin de l’été jusqu’à l’hiver. Les larves pathogènes se retrouvent alors dans l’estomac, provoquant des pertes d’appétit et dans de rares cas des ulcérations.

Le taenia. Les chevaux s’infestent en ingérant un acarien, l’oribate, qui contient les larves de taenia. Il est présent dans l’herbe au printemps. L’infestation se traduit ensuite par des coliques spamodiques.

Il vit au box ! Vermifugez votre cheval 2 à 3 fois par an. Pour éviter une réinfestation immédiate, videz son box 2 jours après la vermifugation et par la suite, entretenez régulièrement la litière, les mangeoires et les abreuvoirs.

Il vit au pré ! Vermifugez votre cheval 4 à 6 fois par an. Tous les animaux vivant ensemble doivent être traités en même temps et tout nouvel arrivant doit être traité 2 jours avant la mise au pré. Attention, le surpâturage favorise le parasitisme, la densité maximale doit dans l’idéal être d’un cheval par hectare.

Pour plus d’efficacité

  • Pour éviter les phénomènes de résistance parasitaire, respectez bien les dosages et alternez les molécules utilisées;
  • Certains vermifuges peuvent interférer avec des médicaments et des anesthésiques, signalez au vétérinaire la date et le nom du traitement en cours.

Ecrit par : Aurélia Dubuc – Edité par : Emmanuel Ducreuzet

Partager cet article