Des chercheurs de l’INRA ont montré que les patients souffrant de cirrhose du foie présentent un microbiote intestinal très distinct des personnes saines. Il contiendrait une proportion élevée de bactéries orales. Grâce à cette découverte, les scientifiques ont mis au point un test fiable à plus de 90% pour diagnostiquer une cirrhose.

Une équipe de l’INRA a cherché à caractériser les populations bactériennes de l’intestin chez les patients souffrant d’une cirrhose du foie. Pour cela, ils ont analysé le microbiote de 250 individus, dont la moitié présentait cette atteinte hépatique. Ils ont ainsi montré que chez les cirrhotiques, 40% du microbiote intestinal était constitué de bactéries rares chez les personnes saines. Une majorité serait d’origine buccale. Une explication plausible serait que le dysfonctionnement de la bile observé lors d’une cirrhose permettrait cette migration bactérienne normalement impossible.

Ensuite les scientifiques sont parvenus à mettre au point un test diagnostic permettant d’identifier les cirrhotiques. Ce test, effectué à partir des selles des patients, est très prometteur car il est non invasif et fiable à plus de 90%. Il permettrait aussi de déterminer le stade d’avancement de la maladie.

En France, 700 000 cas de cirrhose du foie étaient répertoriés en 2012. Rappelons que les principales causes liées à cette affection sont l’obésité, les infections virales et l’alcool. Selon sa gravité, la maladie peut conduire à un cancer, voire à un arrêt du fonctionnement du foie, ce qui nécessite une transplantation.

Cet article est aussi disponible en Anglais, Arabe

Partager cet article