L’intestin est un des organes les plus exposés aux effets secondaires des médicaments. Nombre d’entre eux peuvent entraîner une colite. Cette inflammation du côlon se manifeste généralement par une diarrhée associée à des douleurs abdominales.

Qui n’a jamais souffert de diarrhée ou de douleurs abdominales suite à la prise d’un antibiotique ? En effet, ces molécules, avec les anti-inflammatoires sont les plus souvent incriminées dans la survenue de colites. Dans le détail, l’amoxicilline et la clindamycine, les fluoroquinolones et les céphalosporines présentent un risque élevé. Les antibiotiques ne lèsent pas directement le côlon mais modifient la flore intestinale. La colite disparaît souvent à l’arrêt du traitement. Les anti-inflammatoires eux peuvent provoquer des lésions susceptibles d’entraîner des hémorragies, des ulcères ou des nécroses.

D’autres familles de médicaments peuvent être à l’origine de colites. Les antiulcéreux, les statines, certains antidépresseurs, le fer et les antithrombotiques. Différence notable avec les colites provoquées par les antibiotiques : « les colites peuvent démarrer à distance du traitement, c’est-à-dire dans les trois mois suivant la prise du médicament », précisent les rédacteurs de Que choisir Santé. « Informez votre médecin des médicaments pris afin d’éviter un diagnostic erroné, telle une infection intestinale. »

Enfin, certains médicaments ont des effets délétères au niveau des vaisseaux du tube digestif. Il s’agit notamment de diurétiques, d’antihypertenseurs, de neuroleptiques. Mais aussi d’un antimigraineux (sumatriptan) et d’un traitement contre l’endométriose (danazol). Dans ces cas, les colites peuvent être quasi asymptomatiques et transitoires, sans gravité, mais elles sont parfois bien plus graves. Hémorragies, ulcérations, voire nécrose du côlon touchent plus fréquemment les femmes après 60 ans.

Dans tous les cas, il est important d’informer votre médecin devant toute colite survenant après un traitement, même à distance de la prise. Si cette colite est d’origine médicamenteuse, il est conseillé d’arrêter, lorsque cela est possible et après avis du médecin.

Partager cet article

Aller à la barre d’outils