L’épilepsie concerne environ 750 000 personnes en France. La moitié d’entre elles sont des enfants. Parmi ces patients, un nombre important connait des crises d’épilepsie, plus ou moins fréquentes. Mais comment se manifestent-elles ? Et surtout, comment doit-on réagir face à une telle situation ?

L’épilepsie n’est pas une maladie mais un syndrome. Il existe diverses formes d’épilepsie, provoquant des symptômes variés. Ainsi certains épileptiques souffrent de crises généralisées caractérisées par des absences, des convulsions bilatérales, des troubles de la conscience ou un coma, associées à des morsures de la langue et des pertes d’urine. D’autres peuvent subir des secousses ou des fourmillements d’une partie d’un membre associés à des hallucinations.

Des traitements existent mais 30% des patients sont pharmaco-résistants. En d’autres termes, les médicaments n’ont aucun effet sur eux.

Que faire ?

Si vous êtes témoin d’une crise d’épilepsie, il est important de :

– Laisser la crise suivre son cours ;

– Eloigner les objets dangereux, desserrer ses vêtements, enlever ses lunettes, placer un objet mou sous sa tête ;

– Rester proche d’elle, noter l’heure de début de crise et surveiller la durée de celle-ci ;

– Placez-la en position latérale de sécurité (PLS) dès que possible. Ainsi tournée sur le côté, ses voies respiratoires seront libres. Toutefois, ne l’immobilisez pas.

Une fois que la crise est terminée, « restez avec la personne jusqu’à ce qu’elle ait repris connaissance », conseille le GHU de Paris Psychiatrie & Neurosciences. Ensuite, « dites-lui ce qui s’est passé et rassurez-la ». Enfin, « témoignez auprès du médecin pour qu’il puisse ajuster le traitement ».

Ce qu’il ne faut pas faire

– Ne donnez jamais de médicament, ni à boire à la personne en pleine crise ;

– Ne mettez rien dans sa bouche, et surtout pas vos doigts ;

– Ne transportez pas la personne pendant la crise, sauf si elle se trouve en danger immédiat. N’entravez pas ses mouvements et n’essayez pas de l’asseoir.

Dans quels cas contacter le 15 ?

En principe « il n’est pas nécessaire d’appeler un médecin, le SAMU, les pompiers ou la police quand une personne connue pour être épileptique a une crise qui suit son cours », indique le GHU de Paris Psychiatrie & Neurosciences. Toutefois, certaines situations relèvent de l’urgence et nécessitent un appel au 15 :

– Si la crise dure plus de 5 minutes ;

– Si c’est une première crise ;

– Si la personne est blessée ;

– Si la personne est visiblement mal en point.

Dans le doute, n’hésitez pas à composer le 15.

Partager cet article