Les études sur les produits laitiers se multiplient. Dernière en date : une équipe américano- iranienne a cherché à savoir si leur consommation pouvait avoir un impact sur le risque de décéder prématurément.

Des chercheurs de la Harvard T.H.Chan School of Public Health (Boston) et de l’Université des sciences médicales de Téhéran se sont appuyés sur l’étude de cohorte du Golestan, un travail prospectif initié en 2004 dans le nord-est de l’Iran. Durant 11 ans, 42 403 femmes et hommes ont rempli un questionnaire relatif à leur l’alimentation.

Au cours du suivi, 3 291 décès ont été recensés (dont 1 467 par maladies cardiovasculaires et 859 imputables au cancer). Après analyse, il s’est avéré que les plus gros consommateurs de produits laitiers présentaient un moindre risque de décès toutes causes confondues (-19%) et de mortalité par maladies cardiovasculaires (-28%).

Quels produits pour quels bénéfices ?

Pris séparément, chaque produit semble présenter des bienfaits. Mais pour les chercheurs, les yaourts et les fromages apparaissent comme les plus vertueux. Ainsi, pour les premiers, un apport élevé serait associé à une diminution de 16% du risque de décès par maladie cardiovasculaire. Pour les seconds, ce taux monte à 26%. Une association a également été notée pour les produits faibles en matières grasses.

En ce qui concerne la mortalité par cancer, les chercheurs expliquent que les produits laitiers n’y sont pas « significativement associés ».

Côté analyse, les scientifiques avancent le fait que la consommation de produits laitiers agit sur certains facteurs de risque cardiométabolique, comme le profil lipidique ou l’hypertension artérielle. Par ailleurs, les produits fermentés riches en probiotiques jouent sur la pression artérielle ou le taux de mauvais cholestérol.

Partager cet article