Contre la calvitie, une découverte au poil

[23 octobre 2013 - 11h16] [mis à jour le 19 décembre 2013 à 14h58]

Une solution pour ceux qui ont du mal à vivre la calvitie? © Phovoir

Inverser le processus de la calvitie. Beaucoup de chauves en rêvent, une équipe anglo-américaine est sur le point de le réaliser. A partir des cellules humaines, ces scientifiques sont parvenus à faire pousser de nouveaux cheveux. Vous l’aurez compris, il ne s’agit pas simplement de ralentir la chute capillaire, mais bien de relancer la production. Des résultats prometteurs – mais limités pour le moment à la souris – sont parus dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences.

A l’heure actuelle, pour lutter contre la chute des cheveux, les personnes concernées n’ont d’autres choix qu’un traitement médicamenteux (Minoxidil ou Propecia), une autogreffe à partir de cheveux prélevés sur l’arrière du crâne voire des sprays de couleur en guise de « cache-misère ».

Des scientifiques des universités de Durham (Royaume-Uni) et Columbia (Etats-Unis) ne se sont pas contentés de prévenir la calvitie. Ils ont réussi à faire… repousser des cheveux – sur le dos de souris en laboratoire – en utilisant des  cellules humaines.

Se faire des cheveux… sur le dos des souris

Pour tester leur hypothèse de départ, les chercheurs ont cultivé des cellules du derme papillaire – la partie la plus superficielle du derme- de sept volontaires.   Ils les ont ensuite implantées sur le dos de souris, et sont parvenus à faire croître  des follicules pileux – les cavités dans lesquelles les poils débutent leur existence. Mieux, dans cinq des sept tests, la greffe a produit de nouveaux cheveux pendant au moins six semaines. L’analyse ADN a même permis de confirmer que ces nouveaux follicules pileux étaient génétiquement similaires à ceux des donneurs.

Bien évidemment, des travaux plus approfondis sont nécessaires avant que cette méthode ne soit évaluée pour la production de follicules susceptibles d’être ensuite greffés sur l’homme. Les chercheurs doivent en effet déterminer « les origines des propriétés intrinsèques des nouveaux cheveux, comme leur couleur, leur angle de pousse, leur emplacement sur la tête et leur texture. »

Ecrit par : Vincent Roche – Edité par : Emmanuel Ducreuzet

Partager cet article