En France, de nombreux asthmatiques dits sévères ne répondent pas aux traitements classiques. Aux Hospices civils de Lyon, une technique novatrice a été mise au point : la thermoplastie bronchique. Explications.

Nous respirons 23 000 fois par jour, sans y penser. Pour certains asthmatiques, respirer représente une gêne de tous les instants. Ainsi 200 000 à 400 000 patients sont-ils atteints d’asthme sévère en France et sont insuffisamment améliorés par les traitements standards disponibles. C’est pourquoi le service de pneumologie de l’Hôpital de la Croix-Rousse (Lyon), propose un traitement novateur appelé thermoplastie bronchique. Mais de quoi s’agit-il ?

Chez ces patients, les parois des bronches sont épaissies, avec une augmentation des fibres musculaires lisses. L’idée est de les réduire afin de diminuer l’obstruction bronchique et permettre un flux d’air plus important à chaque inspiration. « Pour cela », expliquent les Hospices civils de Lyon, « on délivre aux bronches une énergie thermique (65°C) qui détruit ces fibres ». Cette technique nécessite trois interventions d’endoscopie bronchique de 40 à 60 minutes, à 3 semaines d’intervalle, sous anesthésie générale.

Les résultats semblent pertinents et pérennes à 5 ans. En effet chez plus des deux tiers des asthmatiques traités, une réduction importante du nombre de crises annuelles a été observée. A noter que le service de pneumologie de la Croix-Rousse a déjà effectué trois procédures avec succès et poursuit le traitement sur d’autres patients.

Partager cet article