Chaque été, des centaines de vacanciers sont piqués par des méduses. Douloureux, ces incidents sont le plus souvent sans gravité. Il suffit d’adopter les bons réflexes, sans accorder trop d’importance aux remèdes miracles.

Même si aujourd’hui, le terme de « piqûre » est largement usité, il faut savoir qu’à proprement parler, les méduses ne piquent pas. Elles ne sont en rien agressives. Il serait davantage convenable de parler de brûlure, comme au contact d’orties par exemple.

En fait, les filaments de la méduse présentent un fort pouvoir urticant. Un pouvoir que conserve l’animal, même échoué sur une plage. Les principaux publics à en être victimes sont les enfants sur le sable (souvent attiré par cet amas gélatineux) et les nageurs.

Avant toute chose, rassurez-vous. Si ces brûlures sont souvent très douloureuses, elles sont rarement graves, sauf chez les sujets allergiques.

En cas de piqûre:

  • Rincez la plaie à l’eau de mer ou au sérum physiologique pendant 30 minutes ;
  • Appliquez du sable sur la plaie et laissez sécher afin d’ôter les cellules urticantes ;
  • Rincez une nouvelle fois ;
  • Désinfectez à l’aide d’un antiseptique ;
  • Evitez d’aller vous baigner pendant quelques heures et restez à l’ombre ;
  • Au moindre doute, demandez l’avis d’un médecin ou d’un pharmacien.

En revanche, en cas de contact avec un animal, bon nombre de remèdes de grands-mères circulent ici et là, comme le fait d’uriner sur la plaie par exemple. En plus d’être peu ragoutante, cette méthode ne semble pas avoir fait ses preuves. Le risque de surinfection est en effet réel. D’autres techniques risquent par ailleurs de faire éclater les cellules urticantes. C’est le cas si vous appliquez de l’eau douce ou encore de l’alcool.

Partager cet article