Contre l’hypertension artérielle, si on vous laissait le choix du traitement pour vivre plus longtemps, lequel choisiriez-vous ? C’est cette question que des chercheurs américains ont posé à un large panel. Leur objectif, évaluer la perception du grand public sur les différentes options thérapeutiques.

Ces scientifiques de l’Ecole de médecine de Yale ont recruté  1 300 volontaires. Tous devaient imaginer souffrir d’hypertension artérielle. Il leur a ensuite été demandé s’ils étaient prêts à se soumettre à un traitement plus ou moins naturel (médicament, thé, sport…) pour gagner un mois, un an ou cinq ans de vie supplémentaire.

Premier résultat, 79% seraient d’accord pour se soumettre à un traitement médicamenteux pour gagner un mois supplémentaire de vie, 90% pour une année et 96% pour 5 ans.

En ce qui concerne le thé, 78% seraient prêts à en boire une fois par jour pour un mois de vie en plus, 91% pour un an et 96% pour 5 ans.

Mais lorsque l’on observe les chiffres pour l’activité physique, on se dit que les hypertendus sont moins enclins à se bouger. Seuls 63% accepteraient de s’y mettre pour 30 jours de vie en plus, 84% pour 12 mois et 93% pour 5 ans.

Une bonne hygiène de vie

« Nos résultats suggèrent que les patients attribuent naturellement des avantages et des inconvénients aux différentes options thérapeutiques », expliquent le Dr  Erica Spatz, principal auteur de ce travail. « Nous devrions garder cela à l’esprit lorsque nous leur parlons des différentes méthodes  pour gérer leur tension artérielle. Car nous discutons rarement avec eux des contraintes de tel ou tel traitement

Rappelons que l’hypertension artérielle constitue l’un des premiers facteurs de risque de maladies cardio-vasculaires et d’accidents vasculaires cérébraux (AVC). Qualifiée de maladie « silencieuse », elle ne présente aucun symptôme ni signe particulier. Résultat, bien souvent, l’hypertendu ne sait pas qu’il l’est. Il est donc indispensable de surveiller régulièrement sa pression artérielle.

Le but du traitement est de normaliser la  tension au repos et à l’effort, en éliminant notamment les facteurs de risque (stress, tabac, excès de poids, sédentarité…).

Partager cet article