Pour la santé d’un enfant, le rituel du coucher n’a rien d’anodin. Et le moment idéal pour rejoindre les draps se situerait avant 20h. Chez les petits âgés de 3 à 5 ans, cela permettrait de diviser par 2 le risque de développer un surpoids ou une obésité.

Une équipe de la Ohio State University College of Public Health a utilisé les données concernant 977 enfants nés en 1991. Lorsque les bambins étaient âgés de 4 ans, les scientifiques les ont répartis en 3 groupes :

  • ceux qui se couchaient avant 20h ;
  • ceux qui se couchaient entre 20h et 21 h ;
  • ceux qui se couchaient après 21h.

Onze ans plus tard, ils ont comparé ces résultats avec la courbe de poids des jeunes participants. Et les résultats sont frappants : 10% des membres du premier groupe sont devenus obèses, contre 16% dans le deuxième groupe et… 23% dans le dernier. En clair, les enfants qui allaient au lit après 21h présentaient 2 fois plus de risque.  « Pour les parents, cela renforce l’importance d’établir une routine du coucher (tôt) », insiste le Pr Sarah Anderson, principal auteur de cette étude.

Voilà qui nous renvoie à un travail mené par l’Institut national du Sommeil et de la Vigilance mené en 2015. « Dormir est indispensable à l’équilibre des sécrétions hormonales et métaboliques, au contrôle de glycémie, de l’appétit et plus généralement le poids », expliquait-il. Plusieurs études épidémiologiques associent privation de sommeil et obésité chez l’adulte et même chez l’enfant. »

Rappelons qu’en France, le surpoids et l’obésité constituent un problème majeur de santé publique. En 2013, en grande section de maternelle, 3,8% des filles et 3,1% des garçons étaient atteints d’obésité.

Partager cet article