Lors de la diversification alimentaire, quelles textures les enfants préfèrent-ils et à quel âge sont-ils capable de les apprécier ? Une étude de l’Inra fournit quelques éléments de réponse aux parents.

Cette fois, le lait ne suffit plus pour nourrir votre bébé, il s’agit de passer aux choses sérieuses et de lui proposer d’autres aliments. Mais alors à quel âge commencer et quelles textures privilégier ?

Pour le savoir, des chercheurs de l’Inra* ont observé cet apprentissage dans l’assiette de 6-18 mois, entre 2015 et 2017. Deux groupes ont été formés : dans le premier, 24 enfants ont été inclus dans l’étude à l’âge de 6 mois et ont été revus à 8 et 10 mois. Dans le second groupe, 25 petits ont été revus à 12, 15 et 18 mois.

Purées lisses, granuleuses et morceaux de brie…

En fonction des âges, « les chercheurs ont proposé aux enfants trois cuillères (purées lisses ou granuleuses, petits morceaux de légumes cuits ou crus, petits morceaux de viande, pâtes, muesli, morceaux collants (banane et brie) et petits plats bébé du commerce) ou un morceau (pain et biscuit) d’aliments de textures très variées ». Pour chacun des aliments, les scientifiques ont observé la manière de manger (sucer, mastiquer…) mais aussi si l’enfant « était capable de l’avaler ». Ce qu’il faut retenir ?

« Les purées granuleuses avec ou sans petits morceaux mous étaient très bien acceptées dès 6 mois. Les enfants les consommaient par succion » ;
« Entre 6 et 10 mois, les enfants apprenaient progressivement à mastiquer, ce qui leur permet d’accepter de mieux en mieux des morceaux mous, collants et le pain » ;
« A 10 mois, moins de 50%des enfants étaient capables de manger un quignon de pain ou un biscuit pour bébé dans le temps imparti (une minute), et c’était seulement à 15 mois que tous les enfants acceptaient ces aliments » ;
« Entre 12 et 18 mois, les enfants mastiquaient tous les aliments et le comportement de succion avait quasiment disparu. »

Ainsi, « les enfants acceptent en petite quantité la plupart des textures proposées à un âge généralement plus précoce que ce que leur donnent leurs parents à la maison. L’acceptabilité des morceaux durs et des légumes crus augmente progressivement entre 6 et 18 mois, en parallèle de l’émergence des capacités de mastication ». Autant d’observations « permettent d’envisager des pistes de recommandations pour conduire la diversification alimentaire à destination des parents ».

*En partenariat avec l’entreprise Bledina

Partager cet article