Ce mardi 18 décembre, une femme d’une cinquantaine d’années a perdu la vie aux urgences de l’hôpital Lariboisière (Paris). A ce jour, l’origine du décès reste inexpliquée. Toutes nouvelles informations seront désormais transmises à la justice.

Une femme d’une cinquantaine d’années est décédée le mardi 18 décembre au matin, à 6h20 précisément, aux urgences de l’hôpital Lariboisière (AP-HP, 10e arrondissement de Paris). Cette dernière avait été admise la veille, vers 18h45, après avoir été prise en charge par la brigade des sapeurs-pompiers de Paris. Un décès survenu 12 heures après l’arrivée de la patiente à l’hôpital donc.

L’établissement confirme aujourd’hui que la femme a été « accueillie par l’infirmière d’accueil et d’orientation et enregistrée dans le circuit de prise en charge du service ». Mais à ce jour, les causes du décès ne sont pas authentifiées. « Un obstacle médico-légal a été apposé sur le certificat médical de décès  », annonce l’AP-HP qui vient d’aviser le procureur de la République de Paris.

La femme « souffrait de céphalée et de fièvre, et n’avait pas réussi à trouver un médecin en ville », expliquait l’urgentiste Patrick Pelloux, président de l’Association des médecins urgentistes de France (AMUF), dans les colonnes du Parisien ce 19 décembre. « Il est sûr en tout cas qu’elle n’a pas vu de médecin. »

L’AP-HP confirme qu’une « enquête interne pour reconstituer la chronologie précise des faits, connaître les circonstances et les causes de ce décès est diligentée ». Toutes les informations seront transmises à la justice. « Les autorités de tutelle ont également été informées. »

Partager cet article