Depuis le début de l’année 2018, plus de 5 000 cas de dengue ont été rapportés sur l’île de la Réunion. Des données publiées par Santé publique France qui nécessitent de rappeler les gestes de prévention à adopter.

Depuis le 1er janvier, 5 019 cas de dengue ont été signalés dans le nord, l’ouest et le sud de l’île de la Réunion. Et 102 hospitalisations liées à cette contamination par le moustique Aedes ont été enregistrées sur la même période.

Une conséquence directe de « la circulation anormale du virus pendant l’hiver austral 2017 ». Et la situation ne va pas aller en s’améliorant : « l’épidémie actuelle pourrait continuer à s’intensifier dans les semaines à venir » note Santé publique France.

Comment l’expliquer ? Tout d’abord par une faible immunisation de la population : « seuls 3,1% de donneurs de sang, testés pour la dengue en 2008, avaient des anticorps contre le virus ». Autre facteur, « les conditions météorologiques actuelles propices au développement des vecteurs ».

Déchets, piqûres de moustiques…

Transmise par la piqûre du moustique Aedes, la dengue se traduit par « un syndrome fébrile bénin ». Ce dernier peut déclencher « une forte fièvre incapacitante avec éruption, céphalées intenses et douleurs rétro-orbitaires, musculaires et articulaires. Il n’existe pas de traitement antiviral spécifique de la dengue ».

Santé publique France rappelle les gestes de précaution à adopter pour se prémunir de la dengue :

« Eliminer les récipients d’eau autour de son habitation et les déchets favorisant les gîtes larvaires (vider les soucoupes, les petits récipients, respecter les jours de collecte des déchets…) » ;
« Se protéger des piqûres de moustiques (diffuseurs, répulsifs, vêtements couvrants, moustiquaires…) » ;
« Consulter son médecin en cas d’apparition de symptômes de la maladie et continuer à se protéger des piqures de moustiques. »

Partager cet article