Don de moelle osseuse: les hommes jeunes manquent à l’appel !

[14 mars 2016 - 11h43] [mis à jour le 14 mars 2016 à 11h44]

Le don de moelle osseuse sauve de nombreuses vies en aidant à guérir des patients atteints de maladies graves du sang comme la leucémie. Pour parvenir à soigner un maximum de malades, le registre français doit offrir une diversité des dons, de façon à être compatible avec chacun. Or les hommes jeunes ne donnent pas assez pour y parvenir. A l’occasion de la 11e Semaine de mobilisation pour le don de moelle osseuse du 14 au 20 mars, l’Agence de la Biomédecine souhaite les sensibiliser, grâce à une campagne radio nationale et une tournée en bus, et les encourager à s’inscrire comme donneur sur le site www.dondemoelleosseuse.fr.

Selon une étude TNS Sofres pour l’Agence de la Biomédecine, 6 hommes sur 10 croient à tort que le prélèvement des cellules de la moelle osseuse se fait au niveau de la colonne vertébrale. Résultat, près d’un tiers des hommes de 18-24 ans craignent que le don soit « douloureux » et « risqué ». Or c’est faux !

Il ne faut pas confondre la moelle osseuse, située dans les os et responsable de la formation des cellules sanguines, avec la moelle épinière. Actuellement, trois quart des dons de cellules de moelle osseuse sont réalisés au moyen d’un prélèvement sanguin particulier appelé cytaphérèse.

Pour les autres cas, « le prélèvement chirurgical au niveau de l’os du bassin est le plus souvent choisi parce que le greffon est destiné à un enfant », explique l’Agence de la Biomédecine. En effet, « les cellules de moelle osseuse prélevées avec leur environnement au niveau de l’os du bassin sont particulièrement bénéfiques pour une bonne prise de la greffe chez les jeunes patients. »

Les donneurs masculins très recherchés

« Recruter davantage d’hommes est aujourd’hui une priorité », souligne l’Agence de la Biomédecine. « Le fichier français des donneurs ne recense que 34% de donneurs masculins. Or, les greffons de moelle osseuse prélevés chez les hommes de moins de 40 ans sont mieux tolérés par les patients et offrent de meilleures chances aux malades greffés. »

Cette différence entre hommes et femmes s’explique sur le plan immunologique, par l’absence chez les hommes des anticorps développés naturellement pendant la grossesse et qui compliquent la bonne tolérance du greffon pour le malade. En outre, « plus le registre sera riche de profils variés, plus les chances seront grandes de trouver un donneur compatible pour chaque malade ».

Dès le 14 mars, un spot radio fera la promotion du don de moelle osseuse sur 6 stations nationales. Cette première campagne radio a pour ambition d’attirer l’attention des hommes sur ce don et de leur donner envie d’en savoir plus.

Partager cet article