D’après l’OMS, une eau est considérée comme « potable » ou « salubre », dès qu’il est possible de la consommer sans risque. Elle répond donc à des normes micro-biologiques, physiques et chimiques précises. C’est encore l’OMS qui évalue sa mise à disposition : tout individu se trouvant à plus de 200 mètres d’une canalisation en milieu urbain est considéré comme n’ayant pas accès à l’eau potable. A la campagne, il ne doit pas être obligé de marcher plus de 20 minutes …

Chaque année, cette source de vie entraîne la mort de 3,4 millions de victimes ! Pour la plupart, des enfants issus de pays en développement… Un bilan insupportable, qui représente 6% des décès dans le monde, toutes causes confondues ! Et ces 3,4 millions de victimes seraient, toutes, totalement évitables !

Depuis 20 ans, les organisations internationales restent sur un terrible constat d’échec. En 1981, année où fut lancée la « Décennie internationale de l’eau potable et de l’assainissement », l’objectif était de parvenir à « l’assainissement pour tous d’ici l’an 2000 »… Depuis lors, l’importance des populations privées de tout accès à l’assainissement a tout bonnement doublé !

Se laver les mains avec de l’eau et du savon

Pourtant, les efforts ont été réels. Mais toutes les politiques successivement élaborées ont dramatiquement sous-évalué l’accroissement considérable de la population mondiale. Comme nous le confie José Augusto Hueb, assesseur du Programme Eau potable, assainissement et santé à l’OMS. « Entre 1990 et 2000, environ 816 millions de personnes ont eu accès à l’approvisionnement en eau et 747 millions de personnes ont eu accès à des infrastructures d’assainissement. Le grand problème, c’est qu’on a eu pendant les dix dernières années une augmentation de 15 % de la population mondiale. »

Les choix qui ont servi de base à ces politiques ont souvent été inadaptés. Durant les années 80-90, les autorités ont trop insisté sur les infrastructures d’assainissement, sans prendre le problème à sa base. Des latrines ont été construites quasiment à tout-va, avant même d’éduquer et de former le public à l’hygiène.

Dans un rapport conjoint, l’OMS et de l’UNICEF démontrent parfaitement l’échec de cette politique. Alors que l’assainissement et l’hygiène devraient être un droit pour chaque enfant, bien peu y ont accès. Au milieu des années 90 à Bobo Dioulasso, au Burkina Faso, neuf ménages sur dix disposaient de latrines. Chez la moitié d’entre eux, on trouvait aussi un robinet ou un puits. Néanmoins, les maladies diarrhéiques n’ont pas diminué. Parce que les pratiques d’hygiène les plus élémentaires, comme par exemple de se laver les mains avec de l’eau et du savon, n’étaient pas répandues.

Au lieu d’imposer du matériel nouveau aux populations, l’OMS et l’UNICEF ont alors décidé de les motiver et de les éduquer. Aujourd’hui, dans des dizaines de pays, l’hygiène est enseignée dans les écoles primaires. Les enfants y apprennent non seulement l’utilisation des latrines, mais aussi les gestes d’hygiène quotidiens dont nul ne devrait pouvoir se passer. Comme de se laver les mains avec de l’eau et du savon après chaque passage aux toilettes. Un geste qui doit également être répété plusieurs fois au cours de la préparation des repas. A chaque fois, en fait, qu’on passe d’un aliment à l’autre.

Les premières études effectuées sur le sujet ont donné des résultats très encourageants. D’après l’UNICEF, le simple fait de se laver les mains à l’eau et au savon pourrait, six fois sur sept, éviter les cas de dysenterie transmis dans le milieu familial. A l’avenir, nos comportements devraient évoluer en profondeur. Les latrines ne devront plus être imposées – ou même proposées… – aux populations, mais au contraire réclamées par ces dernières….

La diarrhée tue 2,5 millions de personnes chaque année

D’ici 2015, l’OMS et l’UNICEF veulent réduire le problème à moitié. En permettant à la moitié de ceux qui en sont privés aujourd’hui de disposer d’un accès à un système d’assainissement, et à de l’eau potable en quantités suffisantes pour un prix abordable. Concrètement, cela implique tout de même de raccorder chaque jour près de 300 000 personnes à l’eau potable ! Et d’en connecter 400 000 autres à de vrais réseaux d’assainissement. Ce n’est pas un petit défi !

Pour José Augusto Hueb, ce programme est réaliste. La seule difficulté mais elle est de taille, c’est d’obtenir qu’il soit érigé en priorité politique ! « Je crois que le problème principal du secteur d’eau potable et de l’assainissement, c’est pas exactement le manque de moyens mais le manque des sources financières. Je crois que le problème principal, c’est un manque de volonté politique. Il faut vraiment qu’existe une volonté politique. »

C’est important non seulement pour le quotidien et la dignité des femmes et des hommes, mais aussi pour leur santé. Une bonne dizaine de maladies sont directement liées à l’eau. Et d’abord les maladies diarrhéiques, qui font chaque années des millions de victimes.

Un enfant attrape la diarrhée en avalant des microbes qui se trouvent dans ses selles. Ils peuvent alors se transmettre, par l’eau ou les aliments, par les mains, la vaisselle, les couverts. Par des mouches, partout présentes, ou la saleté retenue sous des ongles mal entretenus. Cette maladie, que l’on pourrait croire d’un autre âge sous sa forme épidémique, est responsable de 4% des morts dans le monde ! Un rapide calcul montre que ces 4% représentent deux millions deux cent mille victimes ! La plupart sont des enfants. Des enfants de moins de 5 ans, dans des pays en développement. Au total, les diarrhées sont responsables de 15% de tous les décès survenus chez des enfants ! Un sur huit !

Une diarrhée, c’est l’émission plus fréquente que la normale, de selles molles ou liquides. Une définition qui explique qu’elle devient mortelle lorsqu’elle entraîne une trop forte déshydratation, par des pertes de liquides trop importantes. L’UNICEF a établi une série de mesures pour prévenir et traiter les diarrhées des enfants. En premier lieu, recourir à l’allaitement maternel. Au moins jusqu’au sixième mois.

Non seulement le lait maternel est le meilleur aliment que Bébé puisse recevoir, mais en plus dans toutes les communautés qui ne disposent pas d’eau potable, un bébé au biberon sera plus exposé au risque de diarrhée. Donc à la mort… moins que l’eau ne soit bouillie puis conservée à l’abri des souillures, que les biberons et tétines soient stérilisés avant chaque emploi… Quant à l’enfant victime de diarrhées, il est absolument impératif de continuer à lui donner le sein.

D’une manière générale, il est essentiel de faire boire un enfant qui souffre de diarrhée. L’eau de source, (de préférence bouillie puis refroidie), les gruaux qui sont des mélanges de céréales bouillies et d’eau, les soupes, les préparations de farine de riz, les jus de fruits, le lait de noix de coco verte évitent la désydratation.

Il existe aussi des préparations « toutes prêtes », en pharmacie ou dans les dispensaires locaux. Elles se présentent sous la forme de sachets contenant des sels de réhydratation orale. Ces SRO doivent être mélangés avec une quantité bien précise d’eau potable. Mais attention : sauf avis formel donné par le médecin, aucun autre médicament que les SRO ne doit être utilisé contre une diarrhée.

Sachez enfin qu’un enfant qui a la diarrhée n’a pas seulement besoin de boire. Il a aussi besoin de manger. Bien entendu, la nourriture peut solidifier les selles et à ce titre, elle est un apport appréciable. Mais surtout, en nourrissant votre enfant vous éviterez la malnutrition que toute diarrhée importante peut induire. Voilà encore pourquoi, une fois guéri, il aura besoin d’un repas supplémentaire par jour pendant deux semaines.

D’après l’UNICEF, l’amélioration de l’approvisionnement en eau, de l’assainissement et de l’hygiène suffirait à réduire de 26% le nombre de cas de diarrhées. Et de 65% celui des morts ! Ces progrès entraîneraient aussi une forte diminution des autres maladies liées à l’eau. Celles qui se transmettent par une simple piqûre d’insecte : le paludisme qui tue chaque année un million d’adultes et d’enfants, ou encore la « maladie du sommeil ».

« Nous buvons 90% de nos maladies»

Des recherches effectuées par le CDC d’Atlanta et le Bureau régional de l’OMS pour les Amériques ont montré le bénéfice de la chloration de l’eau. Y compris dans les logements qui ne sont pas raccordés à un réseau public de distribution. Un autre procédé riche de promesses commence à faire parler de lui. Baptisé SODIS, il repose sur une technique très simple de désinfection utilisant l’énergie solaire.

Selon les représentants de l’OMS, SODIS permet d’obtenir une eau d’aussi bonne qualité que si elle avait bouilli ! Il suffit de remplir quelques bouteilles en plastique ou en verre, puis de les exposer au soleil sur une surface noire et réfléchissante. Comme une tôle ondulée par exemple. Il ne reste plus alors qu’à attendre cinq heures, le temps pour les ultra-violets solaires de « tuer » les micro-organismes pathogènes présents dans l’eau.
SODIS a fait ses preuves dans des conditions très diverses, en Bolivie et au Burkina Faso, en Chine, en Colombie, en Indonésie, en Thaïlande ou encore au Togo.

La plupart des maladies non transmissibles que nous subissons aujourd’hui – cancers, diabète, maladies cardio-vasculaires… – sont imputables à nos styles de vie. Une nourriture inadaptée, une sédentarité excessive sont dangereuses. Mais n’oublions pas le rôle essentiel de l’eau. Car décidément, Louis Pasteur avait raison d’affirmer que « nous buvons 90% de nos maladies »…

OMS - UNICEF

Vous êtes journaliste ? Obtenez plus d'informations en vous abonnant sur notre site professionnel agence-destinationsante.com

© 1996-2020 Destination Santé SAS - Tous droits réservés. Aucune des informations contenues dans ce serveur ne peut être reproduite ou rediffusée sans le consentement écrit et préalable de Destination Santé. Tout contrevenant s'expose aux sanctions prévues par les articles L 122-4 et L 335-3 du Code de la Propriété intellectuelle: jusqu'à deux ans d'emprisonnement et 150 000 euros d'amende.

Nos precedentes depeches

Nos precedents dossiers

  • Moi(s) sans tabac: arrêter (enfin) de fumer

    Le mois de novembre est associé depuis 2016 à l'arrêt du tabac. Faites le point sur vos connaissances sur les méfaits de la cigarette et sur  les méthodes de sevrage.......

    En savoir plus
  • Grippe saisonnière: la vaccination, meilleur moyen de prévention

    Chaque année, la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière début à l'automne. Un dossier complet sur le virus hivernal par excellence et les moyens de le contrer.......

    En savoir plus
  • Octobre rose contre le cancer du sein

    Le mois d'octobre est consacré chaque année à la lutte contre le cancer du sein. L'opération Octobre rose est donc l'occasion de faire le point sur les connaissances sur la maladie, la prévention et les traitements.......

    En savoir plus
  • L'affaire du Médiator

    Le Médiator® (Laboratoires Servier) a été commercialisé en France de 1976 à 2009. Deux génériques (Benfluorex Qualimed 150 mg et Benfluorex Mylan 150 mg) ont aussi été commercialisés dans le courant de l’année 2009 et retirés en novembre 2009, en même temps que Médiator®. Comme......

    En savoir plus
  • C'est la rentrée!

    Le mois de septembre rime avec retour à l'école ou au travail. Voici une série de conseils pour revenir avec le sourire.......

    En savoir plus
  • Retour sur l'affaire Vincent Lambert

    Ce 11 juillet 2019, l'annonce de la mort de Vincent Lambert est tombée. Le dénouement d'une affaire médiatisée à l'extrême.......

    En savoir plus
  • Résister aux fortes chaleurs, le défi de l'été

    La canicule surviendra de plus en plus souvent au cours de l’été. Pour éviter le coup de chaleur, respectez nos conseils.......

    En savoir plus
  • Activité physique: les raisons de pratiquer régulièrement

    Pratiquer une activité physique régulièrement est recommandée à tous. Voici pourquoi le sport est bon pour votre santé.......

    En savoir plus
  • Le sommeil, essentiel à la santé

    Nos modes de vies réduisent la quantité et la qualité de notre sommeil. Tous les secrets pour une nuit enfin réparatrice.......

    En savoir plus
  • Les allergies, jamais anodines

    Rhume des foins, asthme, allergies alimentaires... Les allergies touchent de nombreux patients. Tour d'horizon avec notre dossier dédié.......

    En savoir plus
  • Mars Bleu: le cancer colorectal dans la ligne de mire

    Le cancer colorectal représente encore le troisième le plus fréquent en France. Tout savoir sur le dépistage et la prévention.......

    En savoir plus
  • Traversez l'hiver en pleine forme !

    L'hiver est là, et avec lui, le froid. Pour que ce dernier ne vous fasse pas trop souffrir, nous vous prodiguons dans ce dossier quelques conseils pratiques. De plus, comme cette saison est propice aux microbes en tout genre, respectez les mesures d'hygiène comme le lavage de mains à l'eau et au ......

    En savoir plus
  • Des fêtes de fin d'année à votre santé!

    Les réveillons de Noël et du Jour de l'An sont traditionnellement l'occasion de joyeuses fêtes en famille ou entre amis. Ils sont aussi souvent associés à des repas copieux et à une consommation d'alcool, parfois néfastes à notre santé. De plus, si l'échange de cadeaux est une belle tradit......

    En savoir plus
  • "Mois sans tabac": tous contre la cigarette!

    Le tabac tue. Cette certitude n'empêche pas la cigarette d'être une addiction pour de nombreux Français. Pour les aider à arrêter, l'opération "mois sans tabac" est mis en place chaque année au mois de novembre. Dans notre dossier, retrouvez une foule d'informations sur le tabagisme, ses rava......

    En savoir plus
  • Cancer du sein: un mois d'octobre (rose) pour en parler

    La 23e édition de la campagne Octobre rose se déroulera tout au long du mois d'octobre partout en France. Pour tout savoir sur la prévention, les traitements, les tests de dépistage des mutations génétiques, les soins de suite... notre dossier mensuel vous offre un panorama varié et instructi......

    En savoir plus
  • La rentrée à grand pas!

    Reprendre un rythme de sommeil adapté, manger à nouveau équilibré, se remettre au sport... Autant de bonne résolutions indispensables à une bonne rentrée. Qu'elle soit scolaire ou, pour les plus grands, au bureau. Voici un dossier qui va vous aider à vous replonger dans le bain, sans céder ......

    En savoir plus
  • Profiter de l'été sans souffrir de la chaleur

    L'été est bien entendu synonyme de soleil et de chaleur. Et chacun apprécie cette saison pour ces mêmes raisons. Pour autant, lorsque les températures dépassent un certain seuil, la qualité de vie et la santé peuvent en pâtir. Pour profiter des congés estivaux en évitant déshydratation e......

    En savoir plus
  • Les addictions, des maladies comme les autres

    Tabagisme, anorexie, boulimie... Toutes ces addictions constituent de véritables maladies. Bien reconnues médicalement pour certaines, encore en voie de classification pour d'autres (comme dans le cas des jeux vidéo), elles font encore trop souvent l'objet de remise en question. S'agit-il d'un si......

    En savoir plus
  • Le don d'organes pour sauver des vies

    En 10 ans, le nombre de patients en besoin d’une greffe a doublé en France. Aujourd’hui, 21 464 d'entre eux restent en attente. Pour sauver des vies, il est possible de faire don d'un ou plusieurs organes. Seuls les reins et les lobes pulmonaires et hépatiques peuvent l'être de son vivant. ......

    En savoir plus
  • Parents, mode d'emploi

    A chaque âge, les besoins de votre enfant évolue. Ainsi que les mesures de sécurité que vous devez mettre en oeuvre. Comment faciliter l'acquisition de la lecture? Comment l'aider dans son orientation scolaire? Ou encore quelle liberté lui accorder dans les aires de jeux? Les questions sont nom......

    En savoir plus
  • La rentrée en pleine santé!

    Allergies, poux, choix du sport ou des chaussures... Les thématiques de rentrée sont nombreuses et variées. Et elles concernent souvent la santé de votre enfant. Pour vous guider en cette période chargée, notre dossier fait le tour de ces questions.......

    En savoir plus