L'actualité sur...

L’asthme, cet inconnu

[01 février 2005 - 00h00]

Plus de 150 millions de malades dans le monde selon l’OMS mais bien plus selon d’autres sources. Ce qui est sûr, c’est que chaque année l’asthme tue plus de 180 000 personnes. Un vrai tueur en série. Qui opère en silence, sans distinction.

Longtemps, il a été considéré comme un « mal » des pays riches. Une conséquence de l’industrialisation et de ses rejets polluants. Faux ! Les responsables de l’Initiative mondiale pour l’Asthme, le GINA, ont bien montré que les pays en développement ne sont plus à l’abri de l’asthme. Au Maroc par exemple il occupe la première place parmi les maladies chroniques respiratoires. Mais c’est vrai dans bien d’autres pays.

Mais qu’est-ce que l’asthme, au fond ? Et comment le soigne-t-on ? C’est une maladie qui provoque une inflammation chronique et donc un épaississement des bronches. Ses symptômes varient d’un jour à l’autre. Et souvent, ils sont plus aigus la nuit. Plusieurs facteurs comme les allergènes, un air froid et sec et certaines infections virales peuvent être impliqués dans le processus inflammatoire. Lequel crise après crise, entame le capital respiratoire.

Face à l’asthme, nous ne sommes pas égaux

En fait, il n’y a pas un asthme, mais des asthmes. Chaque asthmatique développe ses symptômes : toux, sifflement dans la poitrine, sensation d’essoufflement voire d’oppression… Mais ce n’est pas régulier. La maladie se traduit différemment, selon les patients. Face à l’asthme, nous ne sommes donc pas égaux.

S’il ne se guérit pas, l’asthme est aujourd’hui une maladie qui se soigne très bien. Et plus il est repéré tôt, plus les séquelles seront limitées. Même bénin donc, un asthme infantile doit être traité pour préserver les capacités respiratoires de l’enfant… lorsqu’il atteindra l’âge adulte. Mais répétons-le, l’objectif du traitement n’est pas tant de guérir la maladie que d’améliorer la qualité de vie. Car l’asthme est une affection chronique. Elle dure toute la vie. Les patients doivent l’apprivoiser, apprendre à vivre avec, tout simplement.

Le traitement vise à lutter contre l’inflammation des bronches. Il repose en tout premier lieu, sur l’utilisation de corticoïdes inhalés. Autrefois, on ne disposait comme anti-inflammatoires que de la cortisone dont les effets secondaires à long terme sont importants : une déminéralisation osseuse qui peut aller jusqu’à entraîner une ostéoporose, rétention d’eau, glaucome, cataracte… Ces traitements sont aujourd’hui réservés aux asthmes très sévères.

Chez la plupart des malades, les corticoïdes sont désormais administrés directement dans les bronches avec un petit inhalateur. Le médicament est ainsi déposé là où il est nécessaire : dans les bronches et pas ailleurs.

L’objectif des spécialistes, c’est de toujours chercher la dose minimum efficace pour arriver à équilibrer l’asthme tout en restant sans danger pour l’organisme. Car tout le monde est d’accord, en matière de corticoïdes, « le moins c’est toujours le mieux ». En effet, même inhalé, le produit arrive toujours à passer dans la circulation sanguine. Jusqu’à 30% parfois !

Le traitement de fond doit être pris tous les jours

Si cela ne suffit pas, au lieu d’augmenter la dose de corticoïdes on peut y associer un autre médicament. Soit un broncho-dilatateur de longue durée d’action – qui augmente le diamètre des bronches – soit un anti-leucotriène. Qu’est-ce que c’est ? Un médicament qui bloque des substances responsables de l’inflammation bronchique et s’utilise en comprimés, une fois par jour.

Avec un mode d’action différent de celui des corticoïdes et sans leurs effets délétères ils sont utiles par exemple, quand l’asthme répond mal au traitement classique. Ou en complément des corticoïdes pour en diminuer les doses. Enfin, leur facilité de prise favorise l’observance du traitement, en particulier chez l’enfant.

Le plus important, c’est de comprendre que la prise en charge de l’asthme ne doit pas se limiter aux périodes de crise ! Le traitement de fond doit être pris tous les jours, même en l’absence de signes d’asthme. Justement pour éviter la crise.

Evidemment, c’est plus compliqué que pour un rhume. Mais le but du traitement est double : d’abord limiter les crises en soignant l’inflammation, ensuite permettre au patient de mener une vie normale.

Et n’oublions pas non plus que l’asthme est une maladie qui évolue. Pour la suivre, il est indispensable de disposer à la maison d’un débitmètre. C’est un instrument qui permet de mesurer à tout moment la capacité respiratoire, et d’évaluer le degré d’obstruction des bronches. Renseignez-vous auprès de votre médecin, il saura vous indiquer où en trouver. Le fait de noter les mesures ainsi relevées permet à la fois de prévoir la survenue d’une crise…et de se rendre compte des progrès réalisés. Le patient est ainsi encouragé à se battre.

Partout dans le monde, l’asthme devient plus fréquent. Une grande enquête épidémiologique, menée dans les années 90, a montré que les enfants sont de plus en plus touchés. Les garçons plus que les filles. L’asthme est la maladie chronique la plus répandue parmi les jeunes. Et d’une manière générale au cours des 30 dernières années, sa prévalence dans la population a augmenté de 50% tous les 10 ans. Soit depuis 1974, une hausse de 150% !

En France, un collégien sur dix souffre d’asthme

Cette augmentation rapide est l’un des mystères de la médecine moderne. Les chiffres avancés par l’OMS et l’Initiative mondiale pour l’asthme (GINA) sont sans appels : la maladie gagne du terrain. Le phénomène est particulièrement frappant en Australie, où environ un enfant sur six est atteint. En France, un collégien sur dix souffre d’asthme.

Mais malgré une mobilisation internationale, les raisons exactes de l’augmentation de l’asthme dans le monde échappent encore aux spécialistes. Plusieurs théories ont été proposées: gaz d’échappement des moteurs diesel, allergies, régime alimentaire, tabagisme, infections virales, air froid, exercice physique…

Aujourd’hui, la communauté scientifique paraît s’accorder pour incriminer une combinaison de facteurs génétiques et environnementaux. Mais étant donné qu’une « poussée » soudaine de prédispositions génétiques serait scientifiquement incompréhensible, il est clair que les changements dans nos modes de vie « dits modernes » sont dans la ligne de mire.

Certains individus sont génétiquement prédisposés à l’asthme. Il existe des familles entières d’asthmatiques, c’est vrai. D’autres souffrent d’une exposition précoce à certains allergènes: pollution atmosphérique, logements humides, mauvaise aération, tapis poussiéreux, animaux de compagnie à fourrure, cafards ou produits chimiques.

Quant à la cigarette, elle joue un rôle important dans la propagation de la maladie. Le tabagisme des parents et en particulier de la mère accroît le risque d’asthme chez les enfants. Et les bébés de fumeuses ont un poids de naissance réduit. Ils ont des poumons plus petits et sont plus exposés au risque de devenir asthmatiques…

Tordons le cou une fois pour toutes à une idée qui a la peau dure : l’asthme n’est pas une contre-indication au sport. Mieux, il est fortement conseillé ! Rappelez-vous le nageur américain Mark Spitz : 7 médailles d’or aux Jeux Olympique de Munich… tout en étant asthmatique.

On ne compte donc plus ceux qui sont devenus des sportifs de haut niveau, parce que dans l’enfance la pratique du sport leur avait été conseillée au titre de la rééducation respiratoire. Seule contre-indication vraie, la plongée sous-marine.

Chaque asthmatique peut et doit faire du sport

A part ce bémol, chaque asthmatique peut et doit faire du sport. Car l’exercice physique ne permet pas seulement d’accroître la capacité respiratoire. Il aide aussi à combattre l’obésité, un vrai facteur de pérennisation de la maladie.

Malheureusement, la pratique sportive n’est pas assez répandue. Il reste beaucoup à faire en la matière. Dans les établissements scolaires par exemple, les dispenses sont encore trop nombreuses. Dans tous les pays, sans exception. Cela parce que près de huit asthmatiques sur dix souffrent d’un asthme d’effort, à l’arrêt de l’exercice. Il existe pourtant des solutions.

Connu, l’asthme d’effort peut facilement être prévenu. Il suffit de s’astreindre à un échauffement progressif. Puis au cours de l’effort, de respirer par le nez. Pas par la bouche ! Pour celles et ceux qui sont sujets à ce type de problème, les broncho-dilatateurs prescrits par leur médecin peuvent les soulager.

En règle générale, l’effort doit rester sous-maximal. C’est-à-dire qu’il doit se situer en dessous d’une zone d’essoufflement qui peut être facilement évaluée en parlant avec le malade. Si l’essoufflement le gêne pour parler, c’est que l’effort est trop brutal.

En fait, le seul moment où la pratique d’un sport est réellement déconseillée à l’asthmatique, c’est en cas de forte pollution. Mais là, il n’y a pas grand chose à faire. Ce n’est en effet pas demain, ni après demain d’ailleurs, que nous cesserons de polluer… Prudence donc.

Vous êtes journaliste ? Obtenez plus d'informations en vous abonnant sur notre site professionnel agence-destinationsante.com

© 1996-2019 Destination Santé SAS - Tous droits réservés. Aucune des informations contenues dans ce serveur ne peut être reproduite ou rediffusée sans le consentement écrit et préalable de Destination Santé. Tout contrevenant s'expose aux sanctions prévues par les articles L 122-4 et L 335-3 du Code de la Propriété intellectuelle: jusqu'à deux ans d'emprisonnement et 150 000 euros d'amende.

Nos precedentes depeches

Nos precedents dossiers

  • Retour sur l'affaire Vincent Lambert

    Ce 11 juillet 2019, l'annonce de la mort de Vincent Lambert est tombée. Le dénouement d'une affaire médiatisée à l'extrême.......

    En savoir plus
  • Résister aux fortes chaleurs, le défi de l'été

    La canicule surviendra de plus en plus souvent au cours de l’été. Pour éviter le coup de chaleur, respectez nos conseils.......

    En savoir plus
  • Activité physique: les raisons de pratiquer régulièrement

    Pratiquer une activité physique régulièrement est recommandée à tous. Voici pourquoi le sport est bon pour votre santé.......

    En savoir plus
  • Le sommeil, essentiel à la santé

    Nos modes de vies réduisent la quantité et la qualité de notre sommeil. Tous les secrets pour une nuit enfin réparatrice.......

    En savoir plus
  • Les allergies, jamais anodines

    Rhume des foins, asthme, allergies alimentaires... Les allergies touchent de nombreux patients. Tour d'horizon avec notre dossier dédié.......

    En savoir plus
  • Mars Bleu: le cancer colorectal dans la ligne de mire

    Le cancer colorectal représente encore le troisième le plus fréquent en France. Tout savoir sur le dépistage et la prévention.......

    En savoir plus
  • Traversez l'hiver en pleine forme !

    L'hiver est là, et avec lui, le froid. Pour que ce dernier ne vous fasse pas trop souffrir, nous vous prodiguons dans ce dossier quelques conseils pratiques. De plus, comme cette saison est propice aux microbes en tout genre, respectez les mesures d'hygiène comme le lavage de mains à l'eau et au ......

    En savoir plus
  • Des fêtes de fin d'année à votre santé!

    Les réveillons de Noël et du Jour de l'An sont traditionnellement l'occasion de joyeuses fêtes en famille ou entre amis. Ils sont aussi souvent associés à des repas copieux et à une consommation d'alcool, parfois néfastes à notre santé. De plus, si l'échange de cadeaux est une belle tradit......

    En savoir plus
  • "Mois sans tabac": tous contre la cigarette!

    Le tabac tue. Cette certitude n'empêche pas la cigarette d'être une addiction pour de nombreux Français. Pour les aider à arrêter, l'opération "mois sans tabac" est mis en place chaque année au mois de novembre. Dans notre dossier, retrouvez une foule d'informations sur le tabagisme, ses rava......

    En savoir plus
  • Cancer du sein: un mois d'octobre (rose) pour en parler

    La 23e édition de la campagne Octobre rose se déroulera tout au long du mois d'octobre partout en France. Pour tout savoir sur la prévention, les traitements, les tests de dépistage des mutations génétiques, les soins de suite... notre dossier mensuel vous offre un panorama varié et instructi......

    En savoir plus
  • La rentrée à grand pas!

    Reprendre un rythme de sommeil adapté, manger à nouveau équilibré, se remettre au sport... Autant de bonne résolutions indispensables à une bonne rentrée. Qu'elle soit scolaire ou, pour les plus grands, au bureau. Voici un dossier qui va vous aider à vous replonger dans le bain, sans céder ......

    En savoir plus
  • Profiter de l'été sans souffrir de la chaleur

    L'été est bien entendu synonyme de soleil et de chaleur. Et chacun apprécie cette saison pour ces mêmes raisons. Pour autant, lorsque les températures dépassent un certain seuil, la qualité de vie et la santé peuvent en pâtir. Pour profiter des congés estivaux en évitant déshydratation e......

    En savoir plus
  • Les addictions, des maladies comme les autres

    Tabagisme, anorexie, boulimie... Toutes ces addictions constituent de véritables maladies. Bien reconnues médicalement pour certaines, encore en voie de classification pour d'autres (comme dans le cas des jeux vidéo), elles font encore trop souvent l'objet de remise en question. S'agit-il d'un si......

    En savoir plus
  • Le don d'organes pour sauver des vies

    En 10 ans, le nombre de patients en besoin d’une greffe a doublé en France. Aujourd’hui, 21 464 d'entre eux restent en attente. Pour sauver des vies, il est possible de faire don d'un ou plusieurs organes. Seuls les reins et les lobes pulmonaires et hépatiques peuvent l'être de son vivant. ......

    En savoir plus
  • Parents, mode d'emploi

    A chaque âge, les besoins de votre enfant évolue. Ainsi que les mesures de sécurité que vous devez mettre en oeuvre. Comment faciliter l'acquisition de la lecture? Comment l'aider dans son orientation scolaire? Ou encore quelle liberté lui accorder dans les aires de jeux? Les questions sont nom......

    En savoir plus
  • La rentrée en pleine santé!

    Allergies, poux, choix du sport ou des chaussures... Les thématiques de rentrée sont nombreuses et variées. Et elles concernent souvent la santé de votre enfant. Pour vous guider en cette période chargée, notre dossier fait le tour de ces questions.......

    En savoir plus
  • Les vacances d'été, le repos en toute sécurité

    Au bord de la mer, à la montagne ou encore dans un pays lointain, vos vacances estivales vont sûrement rimer avec soleil, baignades et randonnées. Pour tous les types de congés, les recommandations en matière de prudence sont les mêmes. Protection solaire impérative, hydratation et surveillan......

    En savoir plus
  • Canicule: sous le signe de la chaleur

    Depuis quelques années, les épisodes de canicule se répètent au cours du printemps et de l'été. Des périodes de plusieurs jours durant lesquelles les températures frôlent les 40°C la journée et ne descendent pas en-dessous de 20°C la nuit. Une véritable épreuve pour le corps humain. C'......

    En savoir plus
  • Ramadan, le jeûne en toute sécurité

    Cette année, le ramadan a commencé le vendredi 26 mai. Cette tradition de la religion musulmane correspond au neuvième mois du calendrier hégirien. Pendant tout le mois, les musulmans ayant l'âge requis doivent s'abstenir de manger, boire, fumer et entretenir de relations sexuelles de l'aube......

    En savoir plus
  • La grossesse, 9 mois pour la vie

    Lorsqu'elle est désirée, la grossesse est un moment de bonheur. Mais son déroulement n'est pas forcément une sinécure. Diabète gestationnel, risque d'hypertension artérielle, toxicité de nombreux médicaments... Les femmes enceintes souffrent de nombreux maux  spécifiques et doivent être ......

    En savoir plus
  • Election présidentielle : 5 candidats passent l’oral « santé »

    Ce mardi 21 février, cinq candidats en lice pour la présidentielle 2017 ont présenté leur stratégie en matière de santé dans le cadre d’un grand oral organisé par la Mutualité française. De la généralisation du tiers payant à la lutte contre les déserts médicaux en passant par le d......

    En savoir plus