Douloureuse et fréquente, c’est l’hypersensibilité dentinaire

[18 septembre 2013 - 09h35] [mis à jour le 19 décembre 2013 à 14h58]

Brossage trop violent et consommation abusive de soda, deux facteurs de risque d’hypersensibilité dentinaire ©Phovoir

Une étude européenne met en évidence la forte prévalence de l’hypersensibilité dentinaire chez les jeunes adultes. « Nous ne disposions d’aucune donnée sur ce sujet », nous a expliqué le Pr Denis Bourgeois, principal auteur de ce travail. « Les mauvaise habitudes alimentaires associées à un brossage trop agressif pourraient expliquer ce phénomène ».

Le contact d’une crème glacée avec vos dents provoque d’intenses douleurs ? Vous souffrez sans doute d’une hypersensibilité dentinaire. Et selon l’étude ESCARCEL pour  European Study in non CARious CERvical Lesions, menée dans sept pays européens auprès de 3 187 jeunes adultes de 18 à 35 ans, cette sensation particulièrement désagréable serait très fréquente. Plus de 4 personnes sur 10 en souffriraient régulièrement.

Doucement avec la brosse à dents. Principale cause, l’érosion et l’abrasion dentaires. « L’érosion correspond à une perte tissulaire à la fois au niveau de l’émail, susceptible de progresser en direction des tissus plus profonds, connus sous le nom de dentine », indique le Pr Bourgeois. Selon lui, « la consommation de boissons énergisantes, de jus de fruit, de sodas, mais également des pathologies comme l’anorexie et le reflux gastro-œsophagien retentissent sur le ph habituellement neutre de la salive. Or dès lors que ce dernier tend vers l’acidité, le risque de perte tissulaire augmente ». Quant à l’abrasion, elle est principalement due à un brossage vertical trop agressif.

« Ces deux phénomènes conjugués vont donc provoquer la destruction de l’émail. Or ce dernier a un rôle protecteur sur les plans mécanique, physique et chimique. En cas de pertes tissulaires, la dentine constituée de micros canaux qui partent de la pulpe en direction de l’émail, va se retrouver en contact avec les aliments. Résultat, cela va activer les terminaisons nerveuses en cas de sensation de chaud ou de froid. D’où les douleurs quand vous buvez une eau bien fraîche par exemple ».L’érosion peut également avoir un impact au niveau de la gencive, avec un risque de récession gingivale. « Dans ce cas, la racine est mise à nue et se trouve en contact direct avec les aliments ».

Quelle prise en charge ? Pour le Pr Bourgeois, « le principal objectif, c’est identifier les facteurs de risque, pour neutraliser l’évolution. Quant à la prise en charge, elle reposera sur le comblement des vides par des biomatériaux ». A la moindre question, voilà donc de bonnes raisons d’interroger le dentiste.

Ecrit par : Emmanuel Ducreuzet – Edité par : David Picot

Partager cet article