Du gel pour cultiver des cellules cérébrales

[24 mai 2018 - 14h54] [mis à jour le 24 mai 2018 à 16h25]

Cultiver des cellules souches est un enjeu pour traiter de nombreuses maladies. Si elle est globalement maîtrisée, la culture de tissu cérébral n’avait encore pas été réalisée in vitro. Une équipe française vient de mettre au point un environnement favorable à leur culture.

« La culture de cellules est bien maîtrisée sur une surface en deux dimensions », notent les auteurs* de ce travail. Toutefois, cet environnement n’est pas propice au développement des cellules souches neurales. « En effet, dans le tissu cérébral, les cellules sont organisées et interagissent en trois dimensions dans une structure souple », précisent-ils. Voilà pourquoi les scientifiques ont cherché à imiter au mieux ce tissu. Ils ont ainsi « mis au point un hydrogel répondant à des critères de perméabilité, de rigidité et de biocompatibilité adaptés et sur lequel ils ont cultivé des cellules souches neurales humaines ». 

Tester des médicaments ou réparer des tissus

Biocompatible, de structure très simple et rapide à produire, la N-heptyl-galactonamide est une molécule nouvellement synthétisée appartenant à une famille de gélifiants. « En travaillant sur les paramètres de formation du gel, les chercheurs ont obtenu un hydrogel stable, très peu dense et de très faible rigidité. » Résultat, cet environnement « permet aux cellules souches neurales d’y pénétrer et de s’y développer en trois dimensions ».

A terme, ce biomatériau pourrait être utilisé « pour évaluer l’effet d’un médicament ou permettre la transplantation de cellules avec leur matrice dans le cadre de réparations de lésions cérébrales », espèrent les scientifiques.

*des laboratoires Interactions moléculaires et réactivité chimique et photochimique (CNRS/Université Toulouse III-Paul Sabatier), Toulouse Neuro Imaging Center (Inserm/Université Toulouse III-Paul Sabatier) et du Laboratoire d’analyse et d’architecture des systèmes du CNRS 

Partager cet article