A l’occasion de la Journée mondiale des Droits des Consommateurs, la CLCV alerte sur les mauvaises pratiques liées aux antibiotiques dans les élevages. Les résistances ne cessent en effet de gagner du terrain. A la clef, 13 000 décès chaque année en France provoqués par ce phénomène.

Actuellement, la moitié des antibiotiques produits dans le monde sont utilisés dans les élevages où ils sont encore employés de manière déraisonnable pour traiter les animaux. « Même si leur usage comme promoteur de croissance n’est plus autorisé dans l’Union européenne depuis 2006, c’est loin d’être le cas dans d’autres pays d’où peut provenir la viande que nous consommons », explique l’association Consommation, logement et cadre de vie (CLCV). Or ces pratiques sont à l’origine du développement de bactéries résistantes aux antibiotiques.

La CLCV a demandé aux principales chaînes de restauration rapide de s’approvisionner auprès d’élevages n’utilisant pas à titre préventif des antibiotiques destinés à la santé humaine. En France, rappelons que l’Etat s’est engagé dans le Plan Ecoantibio 2017 qui vise à réduire de 25% l’usage des antibiotiques vétérinaires d’ici à 2017. Certains professionnels se sont par ailleurs engagés à mentionner sur certains produits que les animaux ont été élevés sans ces médicaments. Cependant selon le ministère de la Santé « près de 13 000 patients meurent chaque année en France des suites d’une infection causée par un germe dit multi-résistant aux antibiotiques ».

Partager cet article