Plus de trois enfants sur quatre respirent un air toxique en France ! C’est ce qui ressort d’un diagnostic atmosphérique réalisé par l’Unicef. Lequel lance une campagne intitulée « Pour chaque enfant, un air pur ».

Dans son rapport, le Fonds des Nations unies pour l’enfance révèle que les enfants sont les premiers touchés par la pollution atmosphérique, « en raison notamment de l’immaturité de leurs organismes et de la fréquence à laquelle ils respirent (une fois et demie plus élevée que celles des adultes). » L’Unicef en profite pour rappeler qu’un « grand nombre de pathologies qui prennent racine dès l’enfance et même dès le stade fœtal (asthme, allergies, eczéma, syndromes dépressifs, diabètes, obésité…) est directement lié à la pollution de l’air. »

Trafic routier…

« La principale source de pollution atmosphérique dans nos villes est le trafic automobile », indique l’Unicef. « A Paris, un établissement scolaire sur quatre se trouve dans un lieu dépassant régulièrement les normes européennes, il en va de même des stades, parcs et autres infrastructures sportives. Ainsi, vivre à proximité d’axes routiers à forte densité serait en cause dans 15 à 30% des nouveaux cas d’asthme chez les enfants. »

Devant les résultats de son rapport, l’Unicef rappelle qu’il existe pourtant des solutions concrètes (rendre obligatoire les zones à faibles émissions polluantes (ZFE) autour des lieux accueillant des enfants, développer des solutions de mobilité plus propres, mieux sensibiliser les populations aux risques…). « Parents, élu(e)s, entreprises, personnels éducatifs : nous pouvons toutes et tous agir !» C’est pourquoi, vous pouvez signer la pétition « je combats la pollution » sur le site de l’Unicef.

Partager cet article