A l’étranger, assurez votre santé !

[07 juin 2017 - 10h07] [mis à jour le 14 juin 2017 à 16h16]

Depuis la création de l’Union européenne (UE), les formalités (douanes, visas, etc…) requises auprès de ses ressortissants ont été largement allégées. Néanmoins ne négligez pas les démarches à effectuer avant de partir, en cas de problème de santé survenant à l’étranger. Les vacances sont en effet propices aux aléas.

En villégiature à Prague, c’est l’incident : entorse de la cheville ou encore 39°C de fièvre du petit dernier. Loin de chez vous et de vos praticiens, l’inquiétude se fait plus vive. Pour éviter que l’inquiétude ne vire à la panique, voici quelques conseils.

Avant le départ ! 

L’impératif est de ne pas oublier votre carnet de santé. Ensuite, il est recommandé, avant de mettre les voiles de faire une visite de contrôle chez votre médecin généraliste (contrôle des vaccins). Le site de l’Institut Pasteur fournit la liste des vaccins nécessaires par pays.

En outre, l’idéal est de se procurer la carte européenne d’Assurance-maladie (CEAM). Elle atteste de vos droits à l’Assurance-maladie en France. Elle permet souvent de bénéficier d’une prise en charge sur place de vos soins médicaux. Attention, une carte pour chacun des membres de la famille est requise.

Les démarches pour son obtention sont assez simples. Renseignez-vous sur votre compte www.ameli.fr, par téléphone au 36 46 ou au point d’accueil de votre Caisse Primaire d’Assurance maladie. Détail important, il faut compter au moins 15 jours ouvrés pour l’obtenir. Et en période de grands départs, le traitement des dossiers est plus long. Mais une demande expresse demeure envisageable en cas de départ imminent. Il est en effet possible d’obtenir un certificat provisoire de remplacement.

Quels remboursements ? 

Le truc en plus : se renseigner sur les professionnels de santé en activité pendant votre séjour (pharmacie, médecin, hôpital). Le meilleur moyen reste de contacter votre assureur ou l’ambassade afin d’obtenir quelques contacts de référence pour un dialogue en français ou en anglais.

Si vous avez la CEAM, vous n’aurez aucune avance de frais médicaux à effectuer. Dans certains cas, vous devrez quand même payer votre prise en charge mais vous pourrez vous faire rembourser sur place par l’organisme local de sécurité sociale.

Sans CEAM, un remboursement à votre retour en France demeure possible. Il faut envoyer tous les justificatifs de paiements à votre CPAM accompagnés du formulaire S3125 « Soins reçus à l’étranger ». Le remboursement se fera sur la base des tarifs en vigueur du pays de séjour ou selon la législation française, selon les pays. Soyez vigilants, des traductions en langue française peuvent être nécessaires. Un dernier conseil ? Anticipez en téléchargeant à l’avance le S3125 et en vous renseignant sur les formalités dans votre pays de séjour.

Partager cet article