Enceinte, des astuces pour atténuer les troubles digestifs

[25 septembre 2017 - 15h09] [mis à jour le 25 septembre 2017 à 15h14]

Nausées bien sûr, mais aussi constipation, aérophagie ou encore brûlures d’estomac. Ces troubles digestifs sont très communs pendant la grossesse. Pour autant, ils n’en sont pas moins handicapants et désagréables. Pour vous aider à les atténuer au maximum en attendant qu’ils s’estompent d’eux-mêmes, voici quelques conseils pratiques.

Contre les nausées tout d’abord, distinguons celles du matin de celles déclenchées par un élément extérieur, comme une odeur ou l’aspect d’un aliment. Pour les premières, il est conseillé de « prendre son petit déjeuner au lit, tranquillement, puis de rester allongée un petit moment avant de se lever ». Concernant les autres, celles qui se manifestent de manière inopinée, « préférez les repas plus légers mais plus fréquents », tout en évitant (c’est logique) les aliments qui vous dégoûtent.

Un régime équilibré

Autre inconvénient gastrique de la grossesse, la constipation. Pour la contrer, « veillez à ce que votre alimentation soit riche en légumes verts à la fois crus et cuits, en fruits, également crus et cuits et en laitages du genre yaourts », recommande Marie-Claude Delahaye, dans son grand guide de la future maman. Au quotidien, préférez le pain complet ou au son, au pain blanc. Buvez beaucoup d’eau et ne prenez de laxatif qu’avec l’aval de votre médecin.

Enfin, l’aérophagie n’est vraiment pas glamour. Pourtant, elle fait également partie des joies d’être enceinte. Associée aux brûlures d’estomac, elle peut se transformer en un véritable calvaire. Si vous en souffrez, « évitez donc de trop manger et supprimez certains aliments ». Ainsi, « les aliments trop riches en graisse, ceux qui fermentent comme les choux et ceux qui sont difficiles à digérer comme les plats en sauce » doivent être écartés pour un moment. Préférez-leur les grillades, le poisson et les légumes verts cuits, les fruits et tous les laitages.

A noter : ne prenez jamais de médicament sans en avoir parlé au préalable avec votre médecin.

Partager cet article