Le fait de boire du café en cours de grossesse peut-il avoir un impact sur la santé de l’enfant à naître ? Selon des chercheurs norvégiens, une consommation élevée peut en effet augmenter le risque de surpoids de votre petit…

Le café est l’une des boissons les plus consommées au monde. Mais selon des chercheurs de l’Institut norvégien de santé publique d’Oslo, il serait peut être judicieux de conseiller aux femmes enceintes de limiter cette consommation. Il est en effet déjà connu que la caféine passe rapidement à travers la barrière placentaire. Des scientifiques avaient ainsi montré que boire beaucoup de café était associé à un risque accru de fausse couche.

Dans l’étude qui nous intéresse aujourd’hui, les chercheurs ont voulu savoir si la prise de caféine pendant la grossesse pouvait être associée à une prise de poids excessive au cours des premières années de vie de l’enfant.

Préférez l’expresso

Ils ont ainsi recruté plus de 25 000 femmes enceintes. A 22 semaines de grossesse, ils les ont questionnées sur leurs habitudes alimentaires et notamment sur leur consommation de café. Une fois le bébé né, plusieurs mesures de poids et de taille ont été effectuées entre 6 semaines et 8 ans.

Résultat, « une consommation moyenne (de 50 à 199mg), élevée (de 200 à 299mg) et très élevée (plus de 300mg) de caféine pendant la grossesse était associée à un risque accru – respectivement 15, 30 et 66% – de surpoids durant l’enfance ». Notons qu’une tasse de café filtre apporte environ 180 mg de caféine, une tasse de café instantané environ 100 mg, un expresso environ 80 mg. Vous l’aurez compris, mieux vaut se tourner vers l’expresso.

S’ils peinent à expliquer cette relation, les auteurs n’hésitent pas à recommander « l’abstention du café pendant la grossesse ».

Partager cet article

SYNDICAT DE LA PRESSE INDÉPENDANTE D'INFORMATION EN LIGNE
Service de Presse en Ligne reconnu par la Commission paritaire des Publications et Agences de Presse (CPPAP) sous le n°0318 W 90885 (article 1er de la loi n° 86-187 du 1er août 1986 portant réforme du régime juridique de la presse)