Enfant : bien dormir pour préserver la vision

17 juin 2021

Gardez les nuits de votre enfant à l’œil. Des chercheurs parisiens révèlent qu’une durée de sommeil trop faible ou trop importante à l’âge de deux ans serait associée à un risque de porter des lunettes vers cinq ans.

La qualité du sommeil est de plus en plus associée à une bonne santé. A plusieurs niveaux d’ailleurs, et notre santé oculaire ne fait pas exception. Des chercheurs du Centre de recherche en épidémiologie et statistiques (CRESS) de Paris révèlent ainsi que les jeunes enfants qui dormiraient trop ou trop peu courraient un risque de myopie. Curieuse association qu’il convient d’expliquer.

Sommeil et vision

« La prévalence de la myopie progresse rapidement dans le monde. Estimée à 25% de la population, elle pourrait atteindre 50% d’ici 2050, avec son lot de complications : difficultés d’apprentissage ou de travail, céphalées », rappellent ces scientifiques. « Or il a été montré chez l’animal, en l’occurrence chez le poussin, que la perturbation du rythme circadien (qui régule le fonctionnement de notre organisme sur un cycle de 24 heures) entraîne des troubles de la vision. »

Et si ce constat était aussi valable pour les enfants ?

« Cette perturbation était provoquée par l’exposition anormale des animaux à la lumière, le plus puissant (dé)régulateur du rythme circadien », continuent-ils. « Captée par la rétine, une émission de lumière prolongée retarde l’endormissement et altère le rythme du sommeil. » Si les troubles du sommeil peuvent altérer la vision des poussins, cela peut-il être valable pour les enfants ?

Pour tester cette possibilité, l’équipe s’est appuyée sur les informations de 1 130 enfants de la cohorte EDEN. Laquelle renseignait notamment sur les habitudes de sommeil des enfants à l’âge de deux ans et sur la qualité de leur vision à cinq ans (port de lunettes pour myopie, hypermétropie…). Dans cette cohorte, 20% des enfants de 5 ans portaient des lunettes.

Les enfants qui dormaient peu à l’âge de deux ans avaient plus de risque d’avoir des lunettes à 5 ans, tout comme ceux qui dormaient beaucoup. Dans le détail, alors que la durée moyenne de sommeil nocturne est de 11 heures et 5 minutes à l’âge de 2 ans, ceux qui dormaient moins de 10 heures et 45 minutes avaient un risque supplémentaire de porter des lunettes de 43%. Et pour ceux qui dormaient le plus, ce sur-risque était de 49%.

Les écrans aussi nocifs

On sait déjà que le temps passé devant les écrans est un facteur de survenue de myopie. Selon les auteurs, le risque associé à la durée du sommeil et celui associé à l’exposition aux écrans semblent se cumuler : les enfants qui dormaient peu ou beaucoup à l’âge de deux ans, et qui étaient exposés à 1 heure et 24 minutes d’écran par jour, étaient deux fois plus nombreux à porter des lunettes à 5 ans que ceux qui dormaient « normalement » à deux ans et n’étaient pas exposés aux écrans.

« Ces résultats plaident pour un sommeil adapté et de qualité dès le plus jeune âge, sachant que les enfants en tireront également un bénéfice pour leur santé psychique ou encore métabolique », concluent les auteurs.

  • Source : Inserm, juin 2021

  • Ecrit par : Vincent Roche – Edité par : Emmanuel Ducreuzet

Aller à la barre d’outils