Selon un travail américain mené auprès de Coréens du Sud, le dosage sanguin du mercure pourrait être utile pour évaluer le risque de développer un glaucome. D’autres études seront nécessaires toutefois pour bien comprendre le mécanisme à l’origine de cette association.

Le glaucome est l’une des principales causes de cécité dans le monde. Cette maladie est due à une élévation de la pression interne de l’œil et provoque une destruction du nerf optique. Si elle n’est pas prise en charge de manière précoce, elle peut entraîner une déficience visuelle importante, voire une cécité. De nombreux chercheurs ont travaillé sur l’implication de différents métaux dans la pathogénèse du glaucome.

Aujourd’hui, l’équipe du Pr Chan C. Lin de l’Université de Californie (San Francisco) vient de présenter des résultats intéressants. Ils ont ainsi recherché auprès de 2 680 Coréens du Sud les traces urinaires et sanguines de 5 métaux : le manganèse, le mercure, le cadmium, l’arsenic et le plomb.

Les analyses ont révélé qu’un faible niveau de manganèse et une présence importante de mercure ont été associés à une prévalence plus élevée de glaucome. Concernant les autres métaux, aucun lien n’a été observé.

Pour l’auteur de ce travail, « des études prospectives seront nécessaires pour confirmer ces associations ».

Partager cet article