Excès de cancers à Sainte-Pazanne : une étude pour déterminer les causes

[08 avril 2019 - 11h44] [mis à jour le 12 avril 2019 à 11h00]

L’excès de cas de cancers pédiatriques observé dans le secteur de la commune de Sainte-Pazanne en Loire-Atlantique va faire l’objet d’une étude, menée par Santé publique France. Les premiers résultats de celle-ci seront publiés à l’automne, a annoncé l’Agence régionale de Santé (ARS) Pays de Loire.

Comment expliquer la survenue d’un excès de cas de cancers pédiatriques sur le secteur de Sainte-Pazanne ces dernières années ? C’est à cette question que doit répondre l’étude lancée par Santé publique France. D’éventuelles expositions communes (pollution des sols aux hydrocarbures, pesticides, radon…) seront notamment investiguées.

Déroulement de l’enquête

L’étude s’appuie sur un protocole standardisé consistant à :

– Vérifier qu’il s’agit bien de cas qui répondent à la même définition clinique ;

– Définir le périmètre géographique et temporel des cas étudiés ;

– Evaluer s’il y a un réel excès de cas de cancers observés dans la zone étudiée par rapport à celui habituellement attendu dans cette même zone ;

– Faire la synthèse de la littérature sur les expositions à risque à rechercher ;

– Mener une enquête auprès de chacune des familles concernées pour documenter les expositions à risque, notamment environnementales.

« Cette première étape […] devra permettre d’identifier des hypothèses afin d’orienter des investigations complémentaires », précise l’ARS Pays de Loire. « Les premières conclusions seront rendues à l’automne 2019 avec une restitution aux familles concernées dans un premier temps. »

Pour rappel : 7 cas de cancers ont été signalés en 2017 le secteur de Sainte-Pazanne (communes de Sainte-Pazanne, St Mars de Coutais, Ste Hilaire de Chaléons et Rouans) puis 5 en 2019. Sur ces 12 signalements, 9 sont des cancers pédiatriques (moins de 18 ans) et 3 de jeunes adultes. Sur les 9 cancers pédiatriques, 6 sont des cancers du sang.

*un cancer pédiatrique est un cancer qui touche un enfant ou un adolescent âgé de 0 à 17 ans inclus (à la date du diagnostic)

Partager cet article