Se réveiller avec la sensation d’avoir passé une nuit torride. Les rêves sensuels traduisent-ils une part enfouie de notre personnalité sexuelle ? Quelle signification leur accorder ?

Les pensées érotiques nocturnes recèlent encore un grand nombre de mystères. A quel point ces dernières sont-elles des miroirs de nos envies cachées ? Ou bien le fruit total de l’inconscient, au point de nous sentir en décalage complet au réveil avec le « je » incarné dans le rêve?

Dans certains cas, les rêves érotiques peuvent traduire des désirs puissants mais irréalisés… appelés fantasmes. Soit « la mise en scène dans notre espace imaginaire de ce que nous voudrions faire dans le réel », détaille Serge Stoléru, psychiatre et auteur de l’ouvrage « Un cerveau nommé désir – sexe, amour et neurosciences ».

Une chose est sûre, l’imaginaire et la rêverie n’ont jamais fait de mal à personne. « L’excitation se nourrit d’imaginaire, parfois fou, parfois tordu, parce que l’imaginaire c’est toute l’étendue du possible, un renfort extraordinaire à l’excitation simplement génitale », décrit Elisa Brune dans son livre « Labo Sexo, bonnes nouvelles du plaisir féminin ».

Distinguer sexe et amour ?

La phrase de l’écrivain Lawrence Durrell, « nous devenons ce que nous rêvons » n’est pas obligatoirement applicable à toute évasion de l’esprit ! Mais quand même, quels sens ont les rêves érotiques au sein d’un couple ? Sont-ils le signe d’une envie de vivre autre chose sur le plan sexuel dans la mesure où le conjoint n’y apparait pas ? Ou d’une panne des sentiments ? « Quand on aime, on n’a pas besoin de fantasmes, entend-on souvent. L’amour n’a pas besoin de fantasme, mais le sexe, c’est autre chose, et il serait temps d’arrêter de confondre », souligne Elisa Brune.

Si ces scenarii nocturnes vous semblent porteurs de sens, vous pouvez donc creuser du côté de votre « je » sexuel qui se dissocie en certains points de l’être amoureux, amical, comblé… En fonction de la fréquence et de la répétition de vos rêves, rien ne vous empêche de réfléchir au sens de ces flashs qui viennent et reviennent. Pourquoi cet endroit ? Pourquoi lui ou elle ? Pourquoi cette sensation ? « Le désir sexuel est lié à notre être érotique, à notre personnalité sexuelle, et il est très rare que nous la connaissions bien», continue Elisa Brune.

Selon l’auteur, on arrive facilement à se définir en tant qu’être amoureux, amical ou travailleur. Mais le pan érotique n’est pas toujours facile à cerner tant ce dernier peut « subir le jugement et le refoulement ». En effet, « notre moi érotique est là et ne demande qu’à vivre, mais nous ne sommes pas prêts à le laisser parler. Nous nous censurons nous-mêmes ».

Partager cet article