La famine s’étend à l’Ethiopie

[30 juin 2017 - 15h15] [mis à jour le 30 juin 2017 à 15h18]

Après le Nigéria, le Soudan du Sud, la Somalie et le Yémen, la crise alimentaire qui frappe plusieurs régions du monde touche aujourd’hui l’Ethiopie. Médecins sans frontières (MSF) tire la sonnette d’alarme, alors que le nombre d’enfants dénutris explose.

Dans la zone de Doolo en région Somali (au sud de l’Ethiopie), les équipes MSF ont pris en charge 6 136 enfants depuis le mois de janvier, soit dix fois plus qu’en 2016. « En dix ans de présence dans cette zone, les équipes MSF n’avaient jamais pris en charge un nombre d’enfants malnutris aussi important », précise Saskia van der Kam, spécialiste de la malnutrition à MSF. Pendant les deux premières semaines de juin, 322 enfants sévèrement malnutris ont été hospitalisés pour des soins intensifs.

Sécheresse et inaction internationale

La raison de cette situation insoutenable ? Deux saisons des pluies insuffisantes dans la région. Résultat, « de nombreuses familles ont perdu leur bétail et se sont installées dans des camps informels, où elles n’ont pas assez de nourriture et d’eau potable pour survivre », indique l’ONG. Sans bétail en effet, les familles n’ont plus accès au lait et perdent en même temps leurs sources de revenus et leurs moyens de transport.

Par conséquent, « la population affectée est aujourd’hui entièrement dépendante de l’aide extérieure pour sa survie », se désole MSF. Alors que « l’aide alimentaire fournie par le gouvernement, les autorités régionales et le Programme Alimentaire Mondial (PAM) est trop erratique et limitée pour répondre aux besoins »

Pour venir en aide à cette population en détresse, MSF appelle les bailleurs de fonds et les acteurs humanitaires, et notamment le PAM, à une mobilisation accrue de l’aide alimentaire et prévoit d’étendre sa réponse d’urgence dans d’autres zones, dont celles de Jarar et Nogob.

Partager cet article