Fausse-couches et grossesses extra-utérines : traitement chirurgical ou médical ?

[02 février 2011 - 16h31] [mis à jour le 19 décembre 2013 à 14h43]

Les fausse-couches (FC) du premier trimestre et les grossesses extra-utérines (GEU) sont souvent traumatisantes pour les femmes. Si vous êtes concernée, votre médecin pourra vous laisser le choix entre une prise en charge médicamenteuse ou chirurgicale.

Les fausses-couches du premier trimestre sont fréquentes. Environ 15% des grossesses en France, sont concernées. Le traitement de référence est longtemps resté la chirurgie, mais il est désormais possible de recourir à des médicaments comme le misoprostol et/ ou la mifépristone.

« Les deux méthodes ont des avantages et des inconvénients » explique le Dr Joëlle Bélaïsch-Allart, chef du service de gynécologie-obstétrique à l’hôpital de Sèvres. « Avec un traitement médical, la femme évite l’anesthésie générale et ses risques. Mais elle peut continuer de saigner pendant plusieurs jours, une dizaine au maximum. » La bonne nouvelle, c’est que les deux méthodes ne semblent pas avoir d’impact sur la fertilité lorsqu’une nouvelle grossesse est désirée.

« L’intervention chirurgicale reste de rigueur en cas de douleurs pelviennes fortes ou d’hémorragies trop importantes. Dans les autres cas, il est important de laisser la patiente choisir » souligne Joëlle Bélaïsch-Allart. Si vous optez pour une approche médicamenteuse, vous devez vous assurer d’un accès facile aux urgences gynécologiques dans les jours qui suivent. Notamment en cas de saignements importants.

Après une fausse-couche, bien des femmes connaissent une phase dépressive ou anxieuse. Même si ces symptômes disparaissent avec le temps, n’hésitez pas à demander une aide psychologique.

Grossesses extra-utérines

Les GEU concernent environ 2% des grossesses en France. Et il est important de savoir qu’elles peuvent présenter un risque vital. La prise en charge a longtemps reposé sur la chirurgie, mais un traitement par méthotrexate peut aujourd’hui être proposé. « Comme pour les fausse-couches, il est important de laisser la femme choisir quand cela est possible. Les inconvénients et les avantages des deux méthodes sont assez similaires à ceux que l’on observe pour une fausse-couche » indique le Dr Bélaïsch-Allart. Il existe cependant quelques contre-indications à la chirurgie : une obésité dite morbide (IMC>40), ou un risque anesthésique élevé par exemple. En cas de GEU, vous devrez attendre 3 mois avant d’entamer une nouvelle grossesse.

Partager cet article