Fêtes de Noël : n’invitez pas les allergies à votre table

[21 décembre 2016 - 16h15] [mis à jour le 21 décembre 2016 à 16h17]

Si le repas de Noël rime avec la fête et la convivialité, veillez bien à prévenir les éventuelles réactions allergiques de la famille. Certaines précautions sont à prendre pour ne pas gâcher l’esprit de fêtes. Mission vigilance !

Le repas de Noël est un temps fort de la période des fêtes… Mais c’est aussi un moment propice aux allergies alimentaires. De l’apéritif, aux fromages, en passant par le plat principal, tour d’horizon des principaux allergènes à éviter en cas d’allergie :

A l’apéritif, gare aux arachides. Ces derniers constituent la deuxième cause d’allergie alimentaire chez l’enfant de moins de 15 ans. Attention donc aux cacahuètes salées, aux noix de cajou, de pécan, aux pistaches.

Le plateau de… fruits de mer régale généralement toutes les papilles. Cependant, la crevette, le crabe, la langoustine et le homard peuvent se révéler allergisants. Du côté des mollusques, ce sont les huîtres, les moules ainsi que les coquilles Saint-Jacques qui sont incriminés. Pensez donc à une alternative si un de vos convives sont sensibles.

…et de fromages. L’allergie au lait de vache est la première cause d’allergie alimentaire chez les moins de 3 ans. Elle peut être à l’origine d’urticaire et d’œdèmes notamment. S’il suffit de ne pas en consommer, notez bien qu’elle est souvent croisée avec le lait de chèvre et de brebis.

Dessert. Des miettes de fruits à coques se retrouvent souvent dans la décoration des gâteaux ou dans les chocolats. Par conséquent, soyez vigilant quant à la composition de vos desserts de Noël. Par ailleurs, les meringues et glaçages sont à éviter pour les personnes allergiques à l’œuf, qui, mi-cuit est souvent mal toléré.

Pour terminer, un point sur les allergies dites « croisées ». Par exemple une personne allergique aux acariens ne pourra probablement pas consommer d’escargots. De même, les châtaignes sont à éviter en cas d’allergie à… l’avocat.  « Si vous souffrez d’allergie », explique le Dr Isabelle Bossé, présidente du Syndicat français des allergologues, « il faut toujours avoir à proximité sa trousse comportant un antihistaminique, un bronchodilatateur et éventuellement une seringue d’adrénaline ».

Partager cet article

Aller à la barre d’outils