FIV : pas après 51 ans pour les hommes ?

[04 juillet 2019 - 14h38] [mis à jour le 04 juillet 2019 à 14h39]

L’horloge biologique ne concerne pas que les femmes. Certes les hommes fertiles ne rencontrent pas de difficultés particulières pour avoir des enfants après 45 ans. Mais en cas de recours à la médecine procréative (FIV), les chances de réussite diminuent nettement chez les hommes de plus de 51 ans

Chez les hommes, la production de spermatozoïdes (la spermatogénèse) diminue au fil des années et l’ADN de ces cellules est de plus en plus endommagé. Différentes études ont d’ailleurs montré le déclin naturel de la fertilité chez les hommes avançant en âge.

Et l’âge de l’homme influe-t-il aussi sur les chances de réussite en cas de fécondation in vitro (FIV) avec ICSI*, méthode consistant à injecter directement le spermatozoïde dans l’ovocyte ?

Une limite d’âge pour les hommes ?

Pour le savoir, des chercheurs britanniques ont analysé les données de 4 271 hommes ayant bénéficié de 4 833 cycles de FIV et d’ICSI, réalisés dans le Centre for Reproductive and Genetic Health de Londres. Des hommes souffrant d’infertilité pris en charge entre 2009 et 2018. Cinq groupes ont été formés : les moins de 35 ans, les 36-40 ans, les 41-44 ans, les 45-50 ans et les plus de 51 ans.

Résultat, « les chances de réussite diminuent avec l’âge. Elles s’établissent à 49,9 % chez les moins de 35 ans, à 42,5% chez les 36-40 ans, à 35,2% chez les 41-44 ans,  à  32,8% chez les 45-50 ans, à 30,5% chez les plus de 51 ans », détaille le Dr Guy Morris. « C’est pourquoi certains centres limitent l’âge des donneurs de sperme, à 40 ans en moyenne. »

« Dans l’opinion public, le lien entre fertilité masculine et l’âge est mal connu. Pourtant, en termes de santé publique, il faut faire passer le message que les hommes en désir d’enfants doivent eux aussi prendre en compte ce déclin de la fertilité. »

* Injection Intracytoplasmique de spermatozoïde

Partager cet article