Fruits et légumes : trop de résidus de pesticides

[20 février 2018 - 16h51] [mis à jour le 20 février 2018 à 16h52]

Raisins, clémentines mais aussi céleri branche et herbes fraîches… Ces fruits et légumes figurent parmi les plus contaminés aux pesticides. Une enquête de l’Association Générations futures révèle la présence de résidus de pesticides dans de nombreux produits non-bios.

Le rapport de Générations futures présente les résultats détaillés pour chacun des 19 fruits et 33 légumes sélectionnés. Dans le détail, l’association les classe d’abord en fonction du critère de « présence de résidu de pesticides quantifiés ». Ainsi, pour les fruits, les raisins sont les plus mauvais élèves avec 89% des échantillons présentant des résidus de pesticides sur 5 ans. « En 2013, les viticulteurs ont appliqué en moyenne 19 traitements de pesticides avec une grande variabilité selon les régions », précise l’association. « L’usage de fongicides représente 79% des traitements destinés en priorité à lutter contre le mildiou ou l’oïdium. »

Autres fruits mal notés, la clémentine et la cerise. A l’autre bout du tableau, les kiwis et les avocats sont les mieux classés avec respectivement 27,1% et 23,1% des échantillons qui présentaient des résidus de pesticides.

Au rayon des légumes, même exercice. Les produits les plus contaminés sont le céleri branche, les herbes fraîches et les endives. Dans le détail, 84,6%, 41,1% et 41,1% de leurs échantillons révélaient des résidus de pesticides. Tandis que les asperges (3,2%) et le maïs (1,9%) semblent plus épargnés.

Au-dessus du seuil autorisé

Autre élément mis en perspective dans ce rapport, le « dépassement de limites maximales autorisées » dans la famille des fruits ou celle des légumes. Les cerises et les herbes fraîches sont les produits les plus concernés par ces seuils.

A noter : Générations futures s’est appuyée sur des données contenues dans les « plans de surveillance » menés par la Direction générale de la répression des fraudes (DGCCRF) entre 2012 et 2016. Elle a mesuré notamment, la présence de pesticides dans les fruits et légumes.

Partager cet article