L’usage du cannabis durant l’adolescence n’est pas anodin et résonne sur le long terme. Selon des chercheurs britanniques, des jeunes adultes adeptes de la marijuana avant 18 ans  étaient plus susceptibles de souffrir de dépression ou de développer des comportements suicidaires.

Schizophrénie, perte de motivation… Les conséquences de l’usage de cannabis sont de mieux en mieux connues. Des chercheurs de l’Université d’Oxford en ajoutent une nouvelle. Ils se sont plus particulièrement intéressés au risque de dépression, d’anxiété, de pensées suicidaires et de tentatives de suicide chez de jeunes consommateurs.

Pour ce faire, ils ont passé au peigne fin 11 études regroupant 23 000 volontaires âgés de 18 à 32 ans. Point commun, tous avaient l’habitude de fumer du cannabis lorsqu’ils étaient mineurs.

Premier résultat : le risque de dépression et de conduite suicidaire était plus élevé chez les consommateurs de cannabis pendant l’adolescence. Et ce même chez les jeunes ne présentant pas de symptômes dépressifs avant de commencer à fumer.

Autre observation : cet effet semble perdurer dans le temps. Environ 7% des cas de dépression chez les jeunes adultes seraient imputables au cannabis fumé des années auparavant. « Ce qui signifie que 400 000 Américains, 60 000 Britanniques ou encore 25 000 Canadiens sont dépressifs en raison de leurs conduites addictives passées », notent les auteurs. « Cela souligne plus encore l’importance d’éduquer les adolescents sur les risques liés à l’utilisation de la marijuana ».

Partager cet article