Galette des rois : gare à la fève

[10 janvier 2017 - 13h56] [mis à jour le 10 janvier 2017 à 16h30]

Bien que l’Epiphanie soit passée, les boulangeries continuent encore de vendre leurs galettes des Rois. Traditionnelle à la frangipane, à la pomme ou encore briochée, chacune se doit de receler une fève. Si cette jolie tradition fait le bonheur des petits et des grands, restez prudents. Le risque de fausse route de cet objet en plastique ou en faïence existe bel et bien.

Pour limiter les accidents liés à une fausse route avec une fève dans la galette des Rois, suivez les conseils de la Commission de Sécurité des Consommateurs (CSC). Celle-ci invite tout un chacun à la prudence, notamment pour les enfants.

Pour éviter l’ingestion accidentelle de la fève, prenez soin de ne pas donner de part pouvant la contenir à un enfant en bas âge. Pensez qu’une même galette peut en contenir deux. En outre, en tant qu’adulte, « mâchez lentement pour limiter le risque de bris de dents, dentiers ou pivots ».

Risque de fausse route

« Les accidents de fausse route dans les voies respiratoires surviennent surtout chez l’enfant de moins de 4 ans », rappelle la CSC. Ils sont dus principalement à l’inhalation de corps étrangers. Cacahuètes, pistaches, pièces de monnaie, éléments de jouets, billes, bonbons, morceaux de viande ou dans ce cas, fève.

L’inhalation accidentelle (fausse route) résulte du passage d’un aliment ou d’un petit objet dans les voies respiratoires (gorge, trachée, bronches) plutôt que dans les voies digestives (œsophage). Outre les problèmes respiratoires, la présence de corps étrangers dans la trachée ou les bronches génère un risque d’infection.

Comment réagir en cas d’accident ?

Si la victime tousse, « ne faites aucun geste, et laissez-la reprendre sa respiration », conseille la CSC. « S’il s’agit d’un enfant, ne le suspendez pas par les pieds. N’introduisez pas vos doigts dans sa bouche. Ces manœuvres sont dangereuses. » Enfin, « conduisez la victime, en position assise ou debout, à l’hôpital le plus proche de votre domicile afin d’avoir un avis médical ».

Si la victime ne peut ni tousser, ni parler, ni respirer, appelez les services de secours au 15 ou au 112 ou encore les pompiers au 18. « Essayez la méthode des ‘claques dans le dos’ dont le but est de provoquer un mouvement de toux, de débloquer et d’expulser le corps étranger qui obstrue les voies aériennes », conseille la CSC. Pour ce faire, « placez-vous sur le côté et légèrement en arrière de la victime, soutenez son thorax avec une main et penchez-la suffisamment en avant pour que l’obstacle dégagé sorte de la bouche plutôt que de retourner dans les voies aériennes. Donnez-lui 5 claques vigoureuses dans le dos, entre les deux omoplates avec le plat de l’autre main ouverte ».

« En cas d’échec de l’expulsion du corps étranger, vous devez réaliser immédiatement la deuxième manœuvre dite ‘manœuvre de Heimlich’, qui consiste en une compression abdominale. Pour un nourrisson, la ‘manœuvre de Mofenson‘ est plus adaptée. « Placez l’enfant à califourchon sur votre cuisse, la tête dépassant son genou. Frappez violemment entre les deux omoplates avec le plat de la main. »

Partager cet article